LCA - Décryptage de l'annonce de Noureddine Boutarfa

Noureddine Boutarfa

«L’Algérie n’a pas besoin actuellement de gaz de schiste et l’avenir est aux énergies renouvelables»

Décryptage de l'annonce de Noureddine Boutarfa

Par:  Abderrahmane KADRI

Le précédent qui renforce l’avis des observateurs est illustré par ce grand partenariat algéro-chinois conclu pour la réalisation du port d’El-Hamdania, destiné à être le plus grand de la Méditerranée.

Répondant à une question de l’agence officielle, lors d’une conférence animée à l’Ecole des hautes études commerciales sur le programme national des énergies renouvelables, le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, a précisé que l’Algérie «n’a pas besoin à court terme d’exploiter ses réserves en gaz de schiste du fait qu’elle possède d’autres ressources naturelles, notamment le gaz».

L’Algérie possède tous les moyens lui permettant d’être un Etat «pivot» dans les énergies renouvelables, a soutenu le ministre. L’homme, le ministre de l’Energie en l’occurrence, est en train de surprendre les adeptes du renouvelable et les observateurs, qui le taxaient de «Monsieur Gaz», allusion faite à la réputation supposée du ministre, lorsqu’il était à la tête de Sonelgaz, comme un fervent défenseur du gaz naturel comme source principale de la production de l’électricité aux dépens du renouvelable.

Avec la déclaration faite à l’Ecole des hautes études commerciales, Boutarfa vient de confirmer le contraire, il s’agit, bel et bien, d’une stratégique réorientation, assumée avec clarté et assurance. Une assurance qui intrigue les observateurs, qui, pour expliquer un tel «revirement» se rabattent sur un éventuel engagement et une disposition qui auraient été officieusement exprimés par un grand pays, ami stratégique de l’Algérie, et possédant toutes les qualifications requises pour prendre part, en partenaire stratégique, dans le mégaprojet solaire photovoltaïque des 4050 MW.

Un grand pays qui a littéralement laminé ses plus féroces concurrents, y compris les Etats- Unis d’Amérique, qui restent, néanmoins, détenteurs de plusieurs brevets, pour devenir l’acteur principal qui domine le marché du solaire photovoltaïque avec des capacités financières immenses et une orientation stratégique vers la conquête des marchés mondiaux, c’est bien de l’empire du milieu dont il s’agit.

Le précédent qui renforce l’avis des observateurs est illustré, selon ces mêmes observateurs, par ce grand partenariat algéro-chinois conclu pour la réalisation du port d’El-Hamdania (dans la wilaya de Chlef), destiné à être le plus grand de la Méditerranée.

Lu 336 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

Un tanker américain de GNL est attendu en Lituanie

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Malgré la conjoncture difficile

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Un recul de 42% pour le déficit commercial

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

14,82 milliards de dollars de transferts sociaux pour 2017

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

Les handicaps du handicapé

Accessibilité, paupérisation, manque de perspective

Les handicaps du handicapé

Youcef Yousfi recadre la problématique

Construction automobile

Youcef Yousfi recadre la problématique

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

Investissement étranger en Algérie

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

On en jugera sur les faits

Actuel gouvernement : changement de cap ou pas

On en jugera sur les faits

Mais est-ce suffisant ?

Une production céréalière en augmentation

Mais est-ce suffisant ?

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

Des spécialistes déplorent la logique de «pression» de l’ancien gouvernement

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Karim Ouamane, DG de l’Agence nationale des déchets (AND) 

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati

Traitement des effluents dans l'industrie

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati