LCA - Décès de l'ancien chef de gouvernement Rédha Malek

L'ancien chef de gouvernement,Le défunt Rédha Malek ph: archive

à l'âge de 85 ans

Décès de l'ancien chef de gouvernement Rédha Malek

L'ancien chef de gouvernement, Rédha Malek, décédé samedi des suites d'une longue maladie, à l'âge de 85 ans, a assumé plusieurs responsabilités au sein du Front de libération nationale (FLN) durant la guerre de Libération, puis, au lendemain de l'indépendance, a servi l'Algérie à des postes diplomatiques et ministériels.

Natif de Batna (le 21 décembre 1931), Rédha Malek est titulaire d'une Licence en lettres et philosophie de l'Université d'Alger, et a poursuivi des études à Paris.

Il est l'un des membres fondateurs de l'Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA) en 1955.

De 1957 à 1962, il a occupé les fonctions de directeur du journal El Moudjahid, hebdomadaire du Front de libération nationale (FLN).

Il a été porte-parole de la délégation algérienne aux négociations des accords d'Evian (1961-1962).

A l'indépendance en 1962, Rédha Malek a été nommé au poste d'ambassadeur en Yougoslavie, en France, en 1965, et en Union Soviétique, en 1970.

En 1977, il a occupé les fonctions de ministre de l'Information et de la Culture, avant d'être à nouveau nommé ambassadeur aux Etats-Unis, en 1979, en Grande-Bretagne, en 1982.

Il a été l'un des principaux négociateurs qui ont obtenu la libération des 52 otages de l'ambassade américaine à Téhéran (Iran) en 1981.

En avril 1992, il a été désigné président du Conseil consultatif national, puis en juillet de la même année comme 5ème membre du Haut Comité d'Etat (HCE).

En février 1993, il a été nommé ministre des Affaires étrangères, puis  chef du gouvernement en août 1993, jusqu'à avril 1994.

En 1995, Rédha Malek a été élu président du Parti "Alliance nationale républicaine" (ANR).

Rédha Malek est l'auteur de nombreux ouvrages dont "Tradition et révolution", "Le véritable enjeu, l'enjeu de la modernité en Algérie et dans l'islam", "l'Algérie à Evian" et "Histoire des négociations secrètes (1956/1962)".

Lu 184 fois Dernière modification le samedi, 29 juillet 2017 16:31

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

Un tanker américain de GNL est attendu en Lituanie

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Malgré la conjoncture difficile

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Un recul de 42% pour le déficit commercial

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

14,82 milliards de dollars de transferts sociaux pour 2017

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

Les handicaps du handicapé

Accessibilité, paupérisation, manque de perspective

Les handicaps du handicapé

Youcef Yousfi recadre la problématique

Construction automobile

Youcef Yousfi recadre la problématique

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

Investissement étranger en Algérie

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

On en jugera sur les faits

Actuel gouvernement : changement de cap ou pas

On en jugera sur les faits

Mais est-ce suffisant ?

Une production céréalière en augmentation

Mais est-ce suffisant ?

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

Des spécialistes déplorent la logique de «pression» de l’ancien gouvernement

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Karim Ouamane, DG de l’Agence nationale des déchets (AND) 

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati

Traitement des effluents dans l'industrie

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati