LCA - Décès de l'ancien chef de gouvernement Rédha Malek

L'ancien chef de gouvernement,Le défunt Rédha Malek ph: archive

à l'âge de 85 ans

Décès de l'ancien chef de gouvernement Rédha Malek

L'ancien chef de gouvernement, Rédha Malek, décédé samedi des suites d'une longue maladie, à l'âge de 85 ans, a assumé plusieurs responsabilités au sein du Front de libération nationale (FLN) durant la guerre de Libération, puis, au lendemain de l'indépendance, a servi l'Algérie à des postes diplomatiques et ministériels.

Natif de Batna (le 21 décembre 1931), Rédha Malek est titulaire d'une Licence en lettres et philosophie de l'Université d'Alger, et a poursuivi des études à Paris.

Il est l'un des membres fondateurs de l'Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA) en 1955.

De 1957 à 1962, il a occupé les fonctions de directeur du journal El Moudjahid, hebdomadaire du Front de libération nationale (FLN).

Il a été porte-parole de la délégation algérienne aux négociations des accords d'Evian (1961-1962).

A l'indépendance en 1962, Rédha Malek a été nommé au poste d'ambassadeur en Yougoslavie, en France, en 1965, et en Union Soviétique, en 1970.

En 1977, il a occupé les fonctions de ministre de l'Information et de la Culture, avant d'être à nouveau nommé ambassadeur aux Etats-Unis, en 1979, en Grande-Bretagne, en 1982.

Il a été l'un des principaux négociateurs qui ont obtenu la libération des 52 otages de l'ambassade américaine à Téhéran (Iran) en 1981.

En avril 1992, il a été désigné président du Conseil consultatif national, puis en juillet de la même année comme 5ème membre du Haut Comité d'Etat (HCE).

En février 1993, il a été nommé ministre des Affaires étrangères, puis  chef du gouvernement en août 1993, jusqu'à avril 1994.

En 1995, Rédha Malek a été élu président du Parti "Alliance nationale républicaine" (ANR).

Rédha Malek est l'auteur de nombreux ouvrages dont "Tradition et révolution", "Le véritable enjeu, l'enjeu de la modernité en Algérie et dans l'islam", "l'Algérie à Evian" et "Histoire des négociations secrètes (1956/1962)".

Lu 301 fois Dernière modification le samedi, 29 juillet 2017 16:31

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

4 000 retraits de permis en un mois

Sécurité routière à Alger

4 000 retraits de permis en un mois

Le e-commerce bientôt encadré

Un projet de loi au niveau de l’APN

Le e-commerce bientôt encadré

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

Projet d’usine de Peugeot en Algérie

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

«L’APN assumera sa responsabilité»

Financement non conventionnel, inflation, gaz de schiste

«L’APN assumera sa responsabilité»

10 185 médecins algériens exercent en France

Ils représentent 38% des étrangers installés à Paris

10 185 médecins algériens exercent en France