LCA - Elus par les pauvres, amis des riches

APN ph: archive

Ils ont voté la suppression de l’impôt sur la fortune

Elus par les pauvres, amis des riches

Par:  REDA HADI

On ne prête qu’aux riches. Nos chers élus ont pris cet adage à la lettre et ont voté dans leur majorité, la suppression de l’impôt sur la fortune. Mesure emblématique s’il en est du gouvernement Ouyahia, cette décision va à contre-courant des aspirations de la grande majorité des électeurs. En levant la main si haut, pour aider des gens déjà nantis, ces députés ont-ils la conscience tranquille, n’ont-ils pas cette étrange sensation d’avoir trahi, ceux qui les ont élus ?


S’il fallait compter sur l’intégrité de ceux que l’on a élu pour avancer, avec la suppression de cette mesure, c’est plus qu’un rétropédalage, mais bien la négation de l’essence même des aspirations des citoyens à vouloir affronter la crise d’une manière uniforme, et surtout que tout le monde y participe. Déjà que le simple citoyen -avec la retenue de ses impôts à la source, la baisse du pouvoir d’achat, et la cherté de la vie-, est le premier à contribuer à l’effort collectif. Alors qu’il est patent que les grandes entreprises sont redevables envers le fisc de sommes considérables. Deux poids deux mesures ?

Dans la  rue, ce n’est que mépris et indignation, vis-à-vis d’une classe politique qui n’a fait que décevoir durant toutes ces décennies. La colère gronde, et la frustration, bien  que sourde, est bien là qui guette.

Fallait-il s’étonner que les députés votent cette suppression ?

Pour l’Algérien lambda, c’était plus que prévisible, car pour lui, l’APN est la caisse de résonnance des tous puissants, et une caisse vide pour le «petit peuple».

La commission des finances et du budget, qui a été incitatrice de l’amendement, argue le fait que l’administration fiscale risque de se heurter à des difficultés en matière de déclaration de fortune par les contribuables concernés, faute d’un système informatisé à même de permettre de vérifier la validité des déclarations. La commission de finances du Parlement a proposé également un amendement réduisant de moitié les frais de transfert de propriété dans tous les actes notariés. Une mesure qui va arranger encore les intérêts des Algériens les plus riches.

Les Robins de bois

D’autres parlent des pressions de lobbies. Pas  besoin de lobbyistes, quand on sait que des députés (et non des moindres) sont des chefs d’entreprise. Alors le pont est vite franchi.

«Les députés jouent les Robins des bois à l’envers», nous affirme Kader, cadre à la Sonelgaz. «Ils prennent aux pauvres pour donner aux riches, et d’une manière très violente». Une image à l’antipode de celle qu’ils affichent (les députés), fiers d’avoir, comme ils aiment le dire en off dans les travées de l’APN, mis «fin à un totem vieux de 30 ans, qui était devenu inefficace et complexe». 

«Mais la plus grande frustration ressentie est que ces grandes fortunes subitement jaillies, n’ont pu l’être qu’avec les deniers de l’Algérie», dit la voix du peuple. «L’Algérie les a propulsés au sommet, et il n’est que justice que les nouveaux plus riches soient les premiers à montrer leur gratitude envers leur pays et qu’ils soient les premiers à exercer leur actes de citoyen».

Il faut faire payer d’abord ceux de l’informel

Certains chefs d’entreprise, que nous avons contactés et qui sont membres d’organisations patronales, ne savaient même pas que cette disposition a été demandée à leur lieu et place, et encore moins votée. Et bien évidement, ils n’en font aucune lecture, même approximative. D’autres à l’instar du Président du groupe SIM, justifie cette mesure par le fait que les riches ont «toujours», payé leurs impôts, et que l’on devrait commencer par s’attaquer  à ceux de l’informel.  

Le président de la commission des finances de l’APN, pour se donner bonne conscience, justifie une telle aberration, et affirme que supprimer la disposition relative à l’imposition d’un impôt sur la fortune, c’est éviter une fuite des capitaux du secteur formel vers le circuit informel et vers l'étranger.

Des députés de l’opposition ont bien manifesté leur réprobation, en vain. La puissance des avantages est trop forte. Le Parti des travailleurs (PT) dénonce le coup de force opéré au niveau de l’Assemblée populaire nationale contre l’impôt sur la fortune. Ce coup de force, rappelle à M. Tazibt, l’amendement sur l’importation de friperie que le Président Bouteflika avait proposé dans une loi de finances (en 2010) et que la coalition FLN /RND /MSP a abrogé à l’APN.

En résumé, une dame rencontrée au marché de Bachdjarrah n’a pas mâché ses mots et s’est outrée d’une telle démarche de la part des députés censés représenter le peuple et particulièrement les plus vulnérables. «Chez ces gens-là, on ne cause pas Monsieur, on mange», nous a-t-elle lancé comme un verdict. «Pourtant, ils ne manquent  pas de privilèges» a-t-elle conclu en s’en allant réfléchir à comment remplir son couffin.

Lu 88 fois Dernière modification le mercredi, 06 décembre 2017 11:56

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Les industries sidérurgiques et mécaniques (ISMMEE) à la traîne

Hausse de la production du secteur public en 2017

Les industries sidérurgiques et mécaniques (ISMMEE) à la traîne

Kaouane laisse aux chaînes privées de choisir leurs satellites

Après le lancement d’Alcomsat-1

Kaouane laisse aux chaînes privées de choisir leurs satellites

Ces milliers d’emplois perdus en 2017

Crise financière, gel des projets, cessations d’activités…

Ces milliers d’emplois perdus en 2017

La Caci veut capitaliser la «dynamique» bilatérale

Algérie-France

La Caci veut capitaliser la «dynamique» bilatérale

Visite guidée à la presse écrite et audio-visuelle

Antenne de l’Ansej de Tipasa

Visite guidée à la presse écrite et audio-visuelle

Des contrats pour le développement du champ de Tinhert signés

Après la visite d’Ouyahia du champ gazier de Reggane Nord

Des contrats pour le développement du champ de Tinhert signés

Utopique et inefficace

Proposition d’«un nouveau dinar» par l’ex-ministre de la Prospective

Utopique et inefficace

L'Algérie réitère sa condamnation

Transfert de l'ambassade américaine à El-Qods

L'Algérie réitère sa condamnation

Ouyahia « ouvrira les vannes » du complexe gazier de Reggane

Le Premier ministre en visite de travail aujourd’hui à Adrar

Ouyahia « ouvrira les vannes » du complexe gazier de Reggane