LCA - L’Algérie prend part à la réunion du G24 à Washington

L’Algérie prend part à la réunion du G24 à Washington

Tenue en marge des réunions de printemps de la BM et du FMI

L’Algérie prend part à la réunion du G24 à Washington

Par: 

L’ Algérie a pris part jeudi à la réunion du Groupe intergouvernemental des vingt-quatre (G24), tenue en marge des réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

La réunion a été axée sur la gestion de la croissance en période d’incertitude, le financement du développement et la réforme des institutions de Bretton Woods. Dans son communiqué final sanctionnant sa réunion, le G24 a appelé les banques multilatérales de développement à mettre en œuvre leur déclaration conjointe soutenant les investissements dans les infrastructures.

Le G24 a estimé à ce propos que le financement concessionnel reste un élément fondamental du financement de développement en notant avec satisfaction la décision du FMI de maintenir le taux d’intérêt nul à ses prêts jusqu’à fin 2018. Le groupe intergouvernemental a souligné, par ailleurs, qu’il était essentiel de mettre en œuvre l’accord de Paris sur le changement climatique notamment le volet concernant la disponibilité des financements concessionnels nécessaires.

Il a dit s’attendre à ce que les pays développés tiennent leurs engagements de fournir 100 milliards de dollars de financements supplémentaires par an d’ici à 2020 pour aider les pays émergents et en développement dans leur action face au changement climatique. Concernant la réforme des institutions de Bretton Woods, le G24 s’est engagé à appuyer le principe d’un FMI fondé sur les quotesparts disposant de ressources adéquates, en appelant à la mise en œuvre intégrale des réformes de 2010 sur la gouvernance relative à la représentation au sein du Conseil du FMI.

Le G24 a demandé l’application de la 15e révision générale des quotes-parts d’ici à 2019 en tenant compte du poids grandissant des pays émergents en développement tout en protégeant les quotes-parts des pays les plus pauvres. Pour la Banque mondiale, le G24 a soutenu que l’examen d’une nouvelle forme d’actionnariat de cette institution financière internationale doit aboutir à une répartition équitable des voix entre pays développés et pays en développement.

Lu 187 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

Un tanker américain de GNL est attendu en Lituanie

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Malgré la conjoncture difficile

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Un recul de 42% pour le déficit commercial

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

14,82 milliards de dollars de transferts sociaux pour 2017

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

Les handicaps du handicapé

Accessibilité, paupérisation, manque de perspective

Les handicaps du handicapé

Youcef Yousfi recadre la problématique

Construction automobile

Youcef Yousfi recadre la problématique

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

Investissement étranger en Algérie

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

On en jugera sur les faits

Actuel gouvernement : changement de cap ou pas

On en jugera sur les faits

Mais est-ce suffisant ?

Une production céréalière en augmentation

Mais est-ce suffisant ?

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

Des spécialistes déplorent la logique de «pression» de l’ancien gouvernement

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Karim Ouamane, DG de l’Agence nationale des déchets (AND) 

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati

Traitement des effluents dans l'industrie

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati