LCA - La CAP maintient le cap

La CAP maintient le cap

Sortie de la crise actuelle

La CAP maintient le cap

Par:  Reda Hadi

Le président de la CAP (Confédération algérienne du patronat) Boualem Marrakech, a réitéré les convictions de son organisation et maintient que celle-ci garde le cap qu’elle s’est fixé, tout en dénonçant certains maux qui minent le devenir de notre par pays, à commencer par la bureaucratie.

Premier représentant d’une Organisation patronale à avoir inauguré, dimanche, le cycle de rencontre organisée par le ministère de l’Industrie et des Mines avec les associations d’employeurs, le président de la Confédération nationale du patronat algérien dira qu’à chaque pas de progrès qu’on essaye de faire, on recule d’un pas si ce n‘est de plusieurs». Pour le premier responsable de cette Organisation ? il est temps de balayer la médiocrité et de laisser place aux compétences.

«Celles existent, il faut juste les rappeler», a-t-il souligné. S’agissant de la bureaucratie, la CAP préconise l’institution d’une prime aux fonctionnaires pour la réduction de la bureaucratie, car pour M. Marrakech dans toute action, il y a des résultats, et s’il y a des résultats, c’est l’évidence une bonification. C’est sur la base de ce principe que la proposition a été faite.

Au sujet de sa rencontre avec le ministre des Energies et des Mines, M. Marrakech rappelle que celles-ci ont été énoncées «à chaque tripartite», ajoutant qu’elles concernent tant la révision des systèmes financier et bancaire que la lutte contre la bureaucratie, des phénomènes dont il appelle les pouvoirs publics à «agir rapidement et dans la transparence» pour les solutionner.

Le président de la Confédération du patronat appelle à «remettre tout en cause» notamment en ce qui concerne la «protection» que l’Etat accorde aux entreprises publiques et qui, déclare-t-il, engendre des « retombées négatives» sur celles du secteur privé. Il signale que lors de sa rencontre avec le ministre de l’Industrie, et au titre d’une stratégie de développement économique durable pour les 15 années à venir, il a remis à celui-ci, deux documents proposant des solutions pour tous les secteurs d’activité du pays, «y compris celui de l’éducation nationale».

Commentant le système de subvention «de 25 milliards de dollars» institué par l’Etat au profit des plus démunis, et dont il relève qu’il profite également aux ménages aisés, M. Merrakech note qu’il s’agit là d’une «particularité algérienne» dont il faut revoir les mécanismes.

Lu 367 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

4 000 retraits de permis en un mois

Sécurité routière à Alger

4 000 retraits de permis en un mois

Le e-commerce bientôt encadré

Un projet de loi au niveau de l’APN

Le e-commerce bientôt encadré

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

Projet d’usine de Peugeot en Algérie

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

«L’APN assumera sa responsabilité»

Financement non conventionnel, inflation, gaz de schiste

«L’APN assumera sa responsabilité»

10 185 médecins algériens exercent en France

Ils représentent 38% des étrangers installés à Paris

10 185 médecins algériens exercent en France