LCA - La division Hydrogène du CDER y apporte sa contribution

ph: archive

Les énergies renouvelables, volet important du PAG

La division Hydrogène du CDER y apporte sa contribution

Par:  Réda Hadi

L’impact négatif des énergies fossiles n’est plus à démontrer. L’Algérie à l’instar des autres pays du monde, a compris la nécessité de trouver des énergies propres et renouvelables. Dans le plan d’action du gouvernement (PAG), la création d’un nouveau ministère consacré aux énergies renouvelables constitue la dernière initiative de développement de la production d’énergie solaire et éolienne menée par le gouvernement algérien. La sécurisation et la diversification des ressources énergétiques, grâce notamment, à la promotion de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables sont un grand enjeu pour le nouveau gouvernement.


Suite aux progrès substantiels accomplis par le pays en termes d’infrastructures de préservation de l’environnement, il s’agira donc de les entretenir et de les exploiter davantage, à l’image des stations d’enfouissement de déchets et des stations de traitement des eaux usées. La politique d’éducation et de sensibilisation à la préservation de l’environnement est déjà une réalité, y compris dans les écoles ; il s’agira donc de lui assurer une translation sur le terrain, par la mobilisation de l’esprit civique, et le cas échéant, la sanction, pour préserver l’environnement. La promotion des énergies nouvelles et renouvelables sera menée, notamment avec des programmes publics incitatifs aux initiatives et investissements privés dans ce domaine.

Le nouveau ministère a pour mission d’augmenter la part des énergies propres dans le bouquet énergétique du pays, conformément aux objectifs fixés par programme de développement des énergies renouvelables, lancé en 2011. Ce programme, qui a été actualisé l’an dernier, entend faire passer la capacité de production électrique à partir des énergies renouvelables à 22 000 MW d’ici 2030, soit 27% du bouquet énergétique, contre une contribution actuellement de l’ordre de 2%. L’énergie solaire photovoltaïque se taillera la part du lion, représentant 61,7% des projets commandés, suivie de l’énergie éolienne (22,7%), du solaire thermique (9%), de la biomasse (4,5%), de la cogénération (1,8%) et de la géothermie (0,07%).

Le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) de Bouzaréah (Alger) s’est lancé dans plusieurs projets dont un qui intéresse dans un premier temps les artisans orfèvres. Il s’agit du chalumeau à hydrogène. Si le concept existe déjà, la particularité de ce futur produit algérien vient de sa source d’énergie. Selon le Dr Abdellah Khellaf, directeur de la division Hydrogène-Energies renouvelables, ce type de chalumeau utilisera l’énergie solaire et sa batterie sera rechargée grâce à des panneaux photovoltaïques. A la tête d’une équipe de cinq ingénieurs motivés, ce groupe de travail, bien de chez nous, compte finaliser ce projet dans un semestre, environ. Selon ce même responsable, les débouchés à long terme sont grands. «Nous pensons dans l’immédiat, surtout aux zones enclavées, où l’énergie électrique est peu ou mal servie». «Au plus fort de son développement, ce chalumeau sera très utile pour le soudage des éléments devant servir à emmener l’électricité dans des zones éloignées». Reste que dans l’immédiat, la finalisation de ce prototype est un tant soit peu freinée, par la source d’énergie. Si le solaire a été adopté, celui-ci pose l’inconvénient de la dimension du panneau photovoltaïque. Assurément, plus le panneau est grand, moins long sera le temps de recharger la batterie. Et plus il sera compact, plus long sera le temps de recharge, toutefois cela diminuera un peu de son autonomie aussi. L’équipe de M. Khellaf espère résoudre ce problème et trouver une batterie de nouvelle génération. Il faut souligner que le petit bébé de l’équipe de M. Khellaf aura un taux d’intégration très important, puisque tous les éléments le composant sont fabriqués en Algérie, hormis la batterie. M. Khellaf a tenu à nous préciser qu’avec toutes ces imperfections (dans l’immédiat), ce chalumeau ne sera qu’un maillon dans tout le processus engagé par le gouvernement dans sa politique sur les énergies propres.

Lu 227 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

GEAT à la recherche des compétences locales

Projet de l’usine des turbines à gaz à Batna

GEAT à la recherche des compétences locales

Temmar ordonne d’achever l’opération avant fin 2017

Traitement des recours AADL 1 et 2

Temmar ordonne d’achever l’opération avant fin 2017

Faute de mieux, l’achat à l’unité est de retour

La mercuriale s’envole

Faute de mieux, l’achat à l’unité est de retour

L’Algérie passe à la 52e place

Classement des universités

L’Algérie passe à la 52e place

Le déficit du commerce extérieur en baisse de 34%

Sur les dix premiers mois de 2017

Le déficit du commerce extérieur en baisse de 34%

Le Pr Mebtoul avance dix raisons

Un baril du pétrole à 60 dollars

Le Pr Mebtoul avance dix raisons

Le maire aura le rôle d’un manager

Projet de loi portant code communal

Le maire aura le rôle d’un manager

Les députés font-ils du «Macronisme» ?

Suppression de l’impôt sur la fortune

Les députés font-ils du «Macronisme» ?

La pomme de terre reste toujours inabordable

Stockée ou déstockée

La pomme de terre reste toujours inabordable

Le vote électronique retardé jusqu'à 2022

Faute de cartes d'identité biométriques

Le vote électronique retardé jusqu'à 2022

Concert de musique andalouse à Alger

A la mémoire de Cheikh Abdelkrim Dali

Concert de musique andalouse à Alger