LCA - Le mobile paiement (P2P Payment) tente-t-il d’enfoncer les portes ?

Le mobile paiement (P2P Payment)

Malgré l’hostilité de Houda-Imane Feraoun

Le mobile paiement (P2P Payment) tente-t-il d’enfoncer les portes ?

Par:  Réda Hadi

Au moment où la ministre des PTIC exprime ouvertement son opposition à l’utilisation du Mobile paiement (P2P Payment), et bien que n’ayant obtenu aucune autorisation ni de l’ARPT ni celle de la Banque d’Algérie, le Mobile Paiement, est en train de d’enfoncer les portes et s’installer en Algérie via l’opérateur Estonien Fortumo, et bientôt Djezzy.

Houda-Imane Feraoun a, lors d’une émission radio diffusée le 30 avril dernier par la Chaîne III, affirmé que dans les circonstances actuelles, l’utilisation du Mobile paiement pouvait être assimilée à du blanchiment d’argent, refusant aux opérateurs téléphoniques, le fait de se comporter comme une banque. Pour Mme Feraoun, le Mobile paiement (P2P Payment) peut échapper au contrôle du Trésor public, car c’est l’opérateur téléphonique qui, à travers la vente d’unités de consommation (appel), gère les opérations d’achats-ventes.

Contrairement à l’E-Paiement, ce type de transaction ne se fait pas de compte à compte, ce qui exclut automatiquement tout contrôle financier, d’où le risque de blanchiment d’argent. Le Mobile paiement est un compte de monnaie électronique associé au numéro de mobile, permettant d’accéder à une gamme de services, notamment au transfert d’argent, paiement de factures et achat de crédit téléphonique.

Fortumo, petite start-up estonienne, a annoncé avoir élargi ses services de facturation mobile à trois nouveaux marchés africains, dont l’Algérie. Pour cette entreprise de service, ce déploiement se justifie par le fait que le taux de pénétration de la carte bancaire est extrêmement faible, ce qui signifie que les personnes peuvent accéder au contenu en ligne, mais la plupart d’entre elles ne sont pas en mesure d’effectuer des paiements pour les fonctions payantes de ces services. Reste que l’installation de Fortumo dans notre pays ne s’explique par aucune forme juridique et aucune précision n’a été apportée pour nous dire dans quel cadre et quelle mesure cette installation va s’effectuer.

Le Mobile paiement estil aussi fructueux pour que M jean Yves Charlier, PDG du groupe VEON (Ex Vilpecom), annonce à son tour que l’opérateur Djezzy va se lancer dans le Mobile paiement pour faciliter l’accès aux achats aux personnes qui ne possèdent pas de comptes bancaires, via une plateforme internet que cet opérateur compte lancer durant cette année. En attendant la concrétisation de ces deux annonces, les observateurs guettent la réaction de la Banque d’Algérie et de l’ARPT.

Beaucoup d’entre eux se demandent au nom de quelle réglementation (qui n’existe pas à priori encore chez nous), ces deux sociétés vont proposer des services financiers ? La règlementation en vigueur qui régit le E-paiement est-elle à ce point si floue, que des entreprises peuvent proposent des activités financières, apparemment sans aucune autorisation préalable de quiconque, juste sur la base d’une annonce.

Lu 525 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Le Fonds national désormais opérationnel

Destiné à la formation continue des travailleurs

Le Fonds national désormais opérationnel

Le privé à la rescousse de la Cnan et Air Algérie

Ouverture du fret aérien et maritime

Le privé à la rescousse de la Cnan et Air Algérie

Abdelghani Zaâlane dément

Privatisation présumée d'Air Algérie

Abdelghani Zaâlane dément

Les précisions de Youcef Yousfi

«Privatisation» ou pas des entreprises publiques

Les précisions de Youcef Yousfi

Des promoteurs menacent de boycotter le LPA

Ils refusent le prix des 50 000 DA le m2

Des promoteurs menacent de boycotter le LPA

L’Algérie reprend la main

Processus de paix inter-malien

L’Algérie reprend la main

Près de 12 milliards de DA entre 2011 et 2017

Subventions des prix de l'huile et sucre

Près de 12 milliards de DA entre 2011 et 2017

Des incitations pour créer son entreprise en Algérie

Algériens issus de l’immigration

Des incitations pour créer son entreprise en Algérie