LCA - Quel sera le sort de son legs ?

Houda-Imane Feraoun

Le département de Mouatassem Boudiaf a sauté avec Tebboune

Quel sera le sort de son legs ?

Par:  Abderrahmane Kadri

Le président de la République a apparemment donné raison, par ce dernier réajustement, aux voix critiques du bicéphalisme qui a existé au sein de l’ancien gouvernement à travers le chevauchement de prérogatives et des domaines d’intervention entre deux «frères ennemis» Mouatassem Boudiaf et Houda-Imane Feraoun.

Avec l’annonce du gouvernement Tebboune, les observateurs ont constaté la disparition d’un département jadis rattaché aux finances et confié à Mouatassem Boudiaf, il s’agit du ministère délégué auprès du ministre des Finances, chargé de la Modernisation des finances, en parallèle à la modification de la dénomination de l’ancien ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la Communication qui devient le ministère de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique.

Le président de la République a apparemment donné raison, par ce dernier réajustement, aux voix critiques du bicéphalisme qui a existé au sein de l’ancien gouvernement à travers le chevauchement de prérogatives et des domaines d’intervention entre deux «frères ennemis» Mouatassem Boudiaf et Houda-Imane Feraoun.

La dernière a eu enfin la main haute en s’accaparant plus de prérogatives, mais la question que se posent les observateurs, héritera-t-elle du legs de l’ancien ministre délégué, notamment les trois entités que considérait Mouatassem Boudiaf comme la plateforme logistique de l’action de modernisation qu’il était chargé de mener, à savoir la Satim (Société d’automatisation des transactions interbancaires et de monétique), l’entité technologique, le GIE Monétique, l’organe de régulation et la filiale interbancaire monétique, l’entité commerciale chargée de commercialiser et d’installer les terminaux de paiement électronique (TPE) au niveau des commerces et des entreprises économiques et d’assurer les prestations nécessaires à ce service.

Certains experts à l’image de Farès Mesdour et Younès Grar, réputés proches du MSP, ne voient pas de salut dans la dernière restructuration et militent, probablement pour des calculs partisans, pour la création d’une institution indépendante rattachée au Premier ministère ou à la Présidence de la République, chargée de la transition numérique.

Lu 649 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Ouyahia « ouvrira les vannes » du complexe gazier de Reggane

Le Premier ministre en visite de travail aujourd’hui à Adrar

Ouyahia « ouvrira les vannes » du complexe gazier de Reggane

Messahel fait part des engagements de l'Algérie

Lutte contre les changements climatiques

Messahel fait part des engagements de l'Algérie

Plusieurs thématiques au menu de la 1re AG

Réseau panafricain des femmes pour la prévention des conflits et la médiation

Plusieurs thématiques au menu de la 1re AG

«En 2018, le e-paiement connaîtra un net déploiement»

Madjid Messaoudène, administrateur du GIE-Monétique  

«En 2018, le e-paiement connaîtra un net déploiement»

Un potentiel appelé à croître

Les zones de montagne contribuent à 18% à la production agricole nationale

Un potentiel appelé à croître

La tendance se poursuivra-t- elle ?

Le prix du pétrole en hausse depuis 4 mois

La tendance se poursuivra-t- elle ?

Un défi en continu

Ali Haddad

Un défi en continu

Raouia pointe du doigt les commerçants

Démentant la responsabilité de la planche à billets dans la hausse prix

Raouia pointe du doigt les commerçants

Une bonne année pour les banques

8 400 milliards de DA de crédits accordés en 2017

Une bonne année pour les banques

Benmeradi relance les licences d’importation

Après avoir été bloquées

Benmeradi relance les licences d’importation