LCA - Un impôt en préparation contre les «pollueurs»

PH: archive

Il faut trouver les bons mécanismes

Un impôt en préparation contre les «pollueurs»

Par:  AZIZ LATRECHE

Faut-il aller vers un impôt «pollueurs-payeurs» comme l’a préconisé dernièrement la ministre  de l'Environnement et des Energies renouvelables Mme Fatma Zohra Zerouati ? La question suscite déjà une certaine polémique au niveau des spécialistes.


Pour Nacer Khadri , chargé de l’information au niveau de l'entreprise de nettoyage de la wilaya d'Alger (Netcom ), il s’agit d’abord et surtout aller vers des campagnes de sensibilisation en faveur des citoyens pour que ces derniers jettent les ordures dans les espaces réservés à cet usage. Pour l’impôt, il pense aussi qu’il est «l’un des éléments les plus importants dans la réglementation qui régit la gestion de l’environnement dans le monde ».

Le même intervenant cite un exemple : «si une usine consomme de l’eau (...) les spécialistes en chimie peuvent mesurer les DBO et DCO dans l’eau et si le taux est plus élevé par rapport à la réglementation, les responsables de l’usine doivent payer de l’argent pour cette pollution».

Pour ce qui est des citoyens, pouvoir imposer un impôt nécessite «des mécanismes, des études ainsi qu’une stratégie», affirme Nacer Khadri qui ajoute aussi que «l’objectif essentiel d’un tel impôt reste cet impératif d’élever la conscience chez les citoyens (...) D’autant plus que ces derniers doivent connaître la valeur économique des déchets».

Dans ce contexte, le même orateur  parle aussi dans d’une éventuelle transformation de ces déchets  dans  une perspective d’optimisation économique. Quant à l’acte des citoyens de jeter les ordures, il annoncera qu’«actuellement, il y a deux rotations pour ramasser les ordures mais dans la réalité des choses, il devrait y avoir une seule, car les citoyens doivent respecter le timing fixé pour jeter les ordures qui est actuellement entre 19h00 et 21h00 quotidiennement».

Pour Lamine Zelagh, chargé de l’information de l’association de bénévoles «Sidra», cette initiative d’appliquer un tel impôt peut être positive d’autant plus qu’elle est déjà appliquée dans certains pays arabes tels que l’Arabie Saoudite. Dans ce pays, un tel  impôt est de l’ordre de 200 rials, l’équivalent de 6 000 dinars algériens. Pour les Emirats arabes unis, la loi punit tout acte de jeter des ordures à partir d’une voiture. A défaut,  le concerné devra payer, dans ce cas, une somme de 1 000 dirhams représentant environ 30 000 dinars algériens.

Pour le même intervenant, il faudra chercher les mécanismes dans le cas où  il y aura lieu d’appliquer un tel impôt en Algérie ; cela nécessitera la contribution des mouvements associatifs et des collectivités locales, et  «une campagne de sensibilisation préalable qui prendrait des mois avant de pouvoir appliquer un tel impôt», ajoute-t-il.

Lu 51 fois Dernière modification le samedi, 12 août 2017 21:49

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

Un tanker américain de GNL est attendu en Lituanie

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Malgré la conjoncture difficile

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Un recul de 42% pour le déficit commercial

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

14,82 milliards de dollars de transferts sociaux pour 2017

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

Les handicaps du handicapé

Accessibilité, paupérisation, manque de perspective

Les handicaps du handicapé

Youcef Yousfi recadre la problématique

Construction automobile

Youcef Yousfi recadre la problématique

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

Investissement étranger en Algérie

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

On en jugera sur les faits

Actuel gouvernement : changement de cap ou pas

On en jugera sur les faits

Mais est-ce suffisant ?

Une production céréalière en augmentation

Mais est-ce suffisant ?

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

Des spécialistes déplorent la logique de «pression» de l’ancien gouvernement

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Karim Ouamane, DG de l’Agence nationale des déchets (AND) 

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati

Traitement des effluents dans l'industrie

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati