LCA - Le FMI salue les efforts déployés par l’Algérie pour surmonter le choc pétrolier

Le FMI salue les efforts déployés par l’Algérie pour surmonter le choc pétrolier

Dans son rapport annuel sur l’économie algérienne

Le FMI salue les efforts déployés par l’Algérie pour surmonter le choc pétrolier

Par: 

Le Fonds monétaire international (FMI) a salué, jeudi, les efforts déployés par l’Algérie pour s’adapter au choc pétrolier en soulignant l’importance des mesures prises en matière d’assainissement des finances publiques et d’amélioration du climat des affaires.

«Les administrateurs saluent les efforts que les autorités déploient pour s’adapter au choc pétrolier», note le FMI dans son rapport annuel sur l’économie algérienne, publié jeudi à Washington. Le Fonds constate que l’activité économique en Algérie a «été globalement résiliente en dépit des défis importants posés par la baisse des cours de pétrole. La croissance économique est restée soutenue en 2016 s’établissant à 3,5%, selon ce rapport d’évaluation de l’économie algérienne, établi au titre de l’article IV des statuts du FMI.

Le Fonds a légèrement modifié ses prévisions de croissance pour 2017 en tablant désormais sur un taux de 1,3% contre 1,4% anticipé en avril dernier. Pour 2018, l’économie algérienne devrait enregistrer une croissance de 0,7 % contre 0,6% prévu auparavant. L’institution de Bretton Woods précise que la croissance s’est ralentie dans le secteur hors hydrocarbures en partie sous l’effet de la réduction des dépenses, estimée à 2,9 % pour 2016. Le taux d’inflation est passé de 4,8 % en 2015 à 6,4 % en 2016 et se chiffrait à 7,7 %, en glissement annuel, en février 2017.

Le taux de chômage s’est établi à 10,5 % en septembre 2016, selon les mêmes chiffres. La dette extérieure « reste très faible»» et devrait représenter 2,5% du PIB en 2017 et 2,7% en 2018, alors que le déficit budgétaire s’établirait cette année à -3% contre 14% en 2016. Pour rehausser la croissance potentielle, le FMI relève qu’il est important de mettre en œuvre «un dosage équilibré des mesures de politique économique, ainsi que des réformes structurelles ambitieuses pour assurer la viabilité des finances publiques, réduire les déséquilibres extérieurs et diminuer la dépendance à l’égard des hydrocarbures».

Saluant «la détermination des autorités à poursuivre un assainissement soutenu des finances publiques», à moyen terme, le Fonds a exprimé son soutien aux mesures prises par le gouvernement pour réduire le déficit budgétaire. Ces mesures, rappelle-t-il, visent à augmenter les recettes hors hydrocarbures, maîtriser les dépenses courantes, poursuivre la réforme des subventions tout en protégeant les plus démunis, et accroître l’efficience de l’investissement public et en réduire le coût.

Une gamme plus large d’options de financement pour faire face à la baisse des recettes pétrolières, l’institution de Bretton Woods recommande de recourir à «un éventail plus large de possibilités de financement» de l’économie, y compris «un recours prudent à l’endettement extérieur et la cession d’actifs publics» tout en optant pour un taux de change plus flexible. Des mesures pareilles pourraient «fournir une marge de manœuvre budgétaire pour opérer un ajustement plus progressif et plus propice à la croissance que celui prévu actuellement», relève le FMI, estimant «nécessaire» de poursuivre les réformes pour diversifier l’économie.

Le Fonds a salué, à ce titre, les mesures prises pour améliorer le climat des affaires, ainsi que les travaux en cours sur une stratégie à long terme qui permettrait de refaçonner le modèle de croissance du pays. Le FMI note, par ailleurs, que les réserves internationales nettes de l’Algérie restent à «un niveau confortable», considérant qu’une plus grande flexibilité du taux de change, accompagnant l’assainissement des finances publiques et les réformes, contribueraient à réduire les déséquilibres extérieurs et à favoriser le développement du secteur privé. Les réserves brutes de l’Algérie ont représenté 22,5 mois d’importation en 2016 et devraient baisser à 19,5 mois cette année, selon les mêmes projections.

Au plan monétaire, le Fonds s’est félicité de l’introduction par la Banque d’Algérie des opérations d’open market pour gérer la liquidité, suggérant d’éliminer les opérations de réescompte afin d’encourager les banques à gérer leurs liquidités de manière plus efficace. Etant donné les tensions inflationnistes, le FMI encourage les autorités algériennes à être prêtes à relever leur taux directeur. Le secteur bancaire dans son ensemble est bien capitalisé et rentable, relève le prêteur international en dernier ressort. Cependant il convient de continuer de renforcer la politique du secteur financier et à accroître le rôle de la politique macroprudentielle, estime-t-il.

Lu 295 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

Un tanker américain de GNL est attendu en Lituanie

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Malgré la conjoncture difficile

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Un recul de 42% pour le déficit commercial

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

14,82 milliards de dollars de transferts sociaux pour 2017

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

Les handicaps du handicapé

Accessibilité, paupérisation, manque de perspective

Les handicaps du handicapé

Youcef Yousfi recadre la problématique

Construction automobile

Youcef Yousfi recadre la problématique

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

Investissement étranger en Algérie

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

On en jugera sur les faits

Actuel gouvernement : changement de cap ou pas

On en jugera sur les faits

Mais est-ce suffisant ?

Une production céréalière en augmentation

Mais est-ce suffisant ?

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

Des spécialistes déplorent la logique de «pression» de l’ancien gouvernement

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Karim Ouamane, DG de l’Agence nationale des déchets (AND) 

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati

Traitement des effluents dans l'industrie

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati