LCA - Nécessaire formation des magistrats et des avocats au mécanisme de l’exception d’inconstitutionnalité

Nécessaire formation des magistrats et des avocats au mécanisme de l’exception d’inconstitutionnalité

Il entrera en vigueur en mars 2019

Nécessaire formation des magistrats et des avocats au mécanisme de l’exception d’inconstitutionnalité

Par: 

Des spécialistes en droit constitutionnel ont mis l’accent, dimanche à Alger, sur la nécessité de la formation des magistrats et des avocats au mécanisme de l’exception d’inconstitutionnalité prévu par la récente révision de la Constitution et qui entrera en vigueur en mars 2019 au niveau des tribunaux civils et militaires.

Lors d’une conférence sur l’»exception d’inconstitutionnalité: échange d’expériences et de bonnes pratiques», organisée par le Conseil constitutionnel en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le président de l’Institution, Mourad Medelci, a précisé que l’exception d’inconstitutionnalité, qui est l’une des principales nouveautés introduites à la faveur de la révision de la Constitution de mars 2016, constitue «un immense pas en avant en matière de garantie des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans un Etat de droit», soulignant qu’il importait de former dès à présent les magistrats et les avocats à ce mécanisme et d’informer les citoyens sur leur droit de recourir à cette disposition constitutionnelle.

La rencontre d’aujourd’hui, animée par des experts de renommée internationale issus de «diverses cultures constitutionnelles», offre au Conseil constitutionnel et aux différentes instances partenaires l’opportunité d’»élargir leur vision en vue d’une meilleure compréhension et d’une application plus efficiente de ce mécanisme», a estimé M. Medelci.

Répondant aux questionnements du président du Conseil constitutionnel sur le mécanisme de l’exception d’inconstitutionnalité et les moyens de son application sur le terrain sans se heurter à des vides juridiques ou à des incompatibilités, le membre du parlement belge, Francis Delpérée, a souligné l’importance d»’un effort pédagogique à partir de l’université à travers la formation des étudiants de droit à cette nouvelle option dont disposent les justiciables, mais aussi par la mise à niveau des connaissances des enseignants pour qu’ils soient au fait de ce nouveau mécanisme», a-t-il dit. Appelant également à «la formation des avocats pour qu’ils puissent faire bénéficier leurs clients de toutes les voies de recours possibles», il a estimé que jusqu’à la promulgation de la loi organique, le chantier doit rester ouvert pour enrichir cette disposition et parvenir à la maitrise des mécanismes de son application».

Le directeur général du Centre d’études et de recherches constitutionnelles, Mohamed Bousoltane, a, pour sa part, affirmé que loi organique portant mécanisme de l’exception d’inconstitutionnalité «consacrera un large espace à l’élargissement des prérogatives conférées au Conseil constitutionnel», ajoutant que les préparatifs liés à ce texte entamées au début de l’année «vont bon train» en attendant sa mise en œuvre de ladite disposition au niveau des tribunaux civils et militaires.

A rappeler dans ce sens, que les justiciables auront, à partir de 2019, la possibilité de contester la conformité des textes juridiques aux dispositions constitutionnelles, à travers l’exception de l’inconstitutionnalité, introduite récemment suite au dernier amendement constitutionnel, et qui est «un pas supplémentaire en matière de consolidation des droits de l’Homme et de resserrement des liens entre les différentes juridictions de l’autorité judicaire.

Ce nouveau mécanisme est crée en vertu de l’article 188 de l’amendement constitutionnel de 2016 qui stipule que «le conseil constitutionnel peut être saisi d’une exception d’inconstitutionnalité sur renvoie de la Cour suprême ou du Conseil d’Etat, lorsque l’une des parties au procès soutient devant une juridiction que la disposition législative dont dépend l’issue du litige porte atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution.

Lu 363 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Madjer :

remplacé mercredi l'Espagnol Lucas Alcaraz

Madjer : "J'ai les compétences qu'il faut pour diriger les Verts"

4 000 retraits de permis en un mois

Sécurité routière à Alger

4 000 retraits de permis en un mois

Le e-commerce bientôt encadré

Un projet de loi au niveau de l’APN

Le e-commerce bientôt encadré

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

Projet d’usine de Peugeot en Algérie

En bonne voie, selon Xavier Driencourt