LCA - Pauvre Allemagne ?

Un rapport fédéral génère le débat

Pauvre Allemagne ?

Par:  Dorothea BOHNEKAMP

Le 5e rapport fédéral sur la pauvreté et sur la richesse en Allemagne doit être relativisé et passe à côté de tendances majeures, explique de façon argumentée et nuancée Dorothea Bohnekamp.

au cours des diffé- rents débats qui émaillent cette drôle de campagne présidentielle 2017 en France survient toujours ce moment fatidique où les différents candidats abordent la réussite économique outre-Rhin. Face à l’admiration qu’elle peut susciter dans certains courants de la politique fran- çaise, ses détracteurs entonnent toujours la même musique, quitte à jeter un peu vite le bébé avec l’eau du bain, et à reléguer aux orties les performances indéniables de la première puissance industrielle en Europe : le modèle germanique n’a pas de leçons à donner aux Français. Profondément inégalitaire, il produirait chaque année plus de pauvreté et de précarité, mettant ainsi à nu la face sombre de ce capitalisme rhénan triomphateur et dominant en Europe. Certes, les amalgames et anathèmes sont le lot de toute campagne électorale, mais la charge germanophobe n’est jamais très loin quand il s’agit de dresser l’opinion française contre l’ordo-libéralisme allemand, dernier avatar d’un mercantilisme déchaîné. Ce faisant, ces politiques exploitent également des thématiques sensibles que sont la pauvreté et la richesse : l’imaginaire de l’argent suscite toujours dans l’inconscient fran- çais, comme le révèle cette campagne, les passions les plus contradictoires. Aucun autre sujet n’attise de tels fantasmes, dévoile autant de tabous et touche à l’intime de notre identité. Ce miroir que nous tend la (mauvaise) fortune des autres finit toujours par nous renvoyer le reflet de nos frustrations. La pauvreté serait-elle alors davantage un ressenti qu’une réalité tangible dans un pays réputé riche où, selon le bon mot, un conducteur de BMW passe pour un indigent comparé à la Porsche qui le double ?

Le 5e rapport fédéral sur la pauvreté et sur la richesse…

Le 5e rapport fédéral sur la pauvreté et sur la richesse, qui sera soumis à l’approbation du gouvernement au printemps 2017, dit tout le contraire. Son constat est alarmant : à l’échelle fédérale, la proportion des personnes pauvres, c’est-à-dire « exposées à un risque de pauvreté », atteint depuis la réunification un nouveau record : 12,9 millions d’Allemands, soit 15,7% de la population allemande, seraient désormais considérés comme potentiellement ou réellement pauvres. Pour mieux cerner ce groupe protéiforme, le collectif de chercheurs en charge du rapport, a repris à son compte la définition utilisée par l’Union européenne : ce sont en particulier les ménages vivant avec moins de 60% du revenu médian (qui s’élève à 1413 euros par mois pour un couple sans enfants) qui connaissent une situation de pauvreté. En Allemagne, une personne célibataire est par conséquent considérée comme pauvre dès lors qu’elle gagne moins de 917 euros nets ; un adulte avec un enfant aux revenus inférieurs de 1192 euros et une famille avec deux enfants aux revenus compris entre 1 978 et 2 355 euros net composent également cette population défavorisée. Si elle a nettement baissé en Allemagne de l’Est, au détriment de l’ouest du pays, la pauvreté est actuellement un phénomène urbain qui toucherait particulièrement les grandes villes, Brême et Berlin en tête. Dans la capitale allemande, qui se veut « pauvre, mais sexy », un Berlinois sur cinq vit désormais des allocations de chômage Hartz IV. Face aux prix immobiliers qui explosent, les sanslogis se multiplient et la pauvreté visible s’accroît sensiblement dans les plus grandes villes allemandes. Plusieurs groupes sont particulièrement exposés au risque de pauvreté : les chômeurs, les familles monoparentales et nombreuses, les personnes âgées et les personnes issues d’un contexte migratoire. Les experts allemands s’inquiètent en particulier de la situation des enfants : on estime que 19% des enfants grandissent actuellement dans un contexte défavorisé, au sein de familles bénéficiaires de l’allocation Hartz IV, et que l’augmentation du nombre de parents célibataires expliquerait la précarisation des plus jeunes. Ce constat laisse perplexe : comment l’économie allemande, caractérisée par son insolente croissance, son taux de chômage proche du plein emploi et son budget quasi équilibré, peut-elle produire autant de laissés pour compte du système ? L’éthique protestante serait-elle donc soluble dans cet esprit du capitalisme délétère qui creuserait les inégalités ? Pis encore, il y aurait donc une fabrique spécifiquement teutonne de la pauvreté ?

… doit être relativisé…

Le constat selon lequel la santé économique actuelle de l’Allemagne n’aurait aucune incidence sur la pauvreté mérite d’être nuancé. Certes, la promesse initiale de l’économie sociale de marché, qui se voulait être un ascenseur social et garantir la « Wohlstand für alle » (la prospérité pour tous) - selon le titre de l’ouvrage du ministre fédéral de l’Economie Ludwig Erhard – n’a pas été réalisée. Mais qu’est-ce que signifie être pauvre dans un pays riche ? Les statistiques prennent notamment en compte les étudiants et les jeunes en formation professionnelle, dont la grande majorité est certes « pauvre » d’un point de vue strictement matériel, mais perçoit son impécuniosité avant tout comme passage obligé pour ces futurs cadres de la nation. D’ailleurs, les experts en charge du rapport constatent un écart croissant entre la pauvreté réelle et la perception qu’en ont les principaux acteurs. Cette contradiction entre un ressenti subjectif – de nombreux sondés ne se considèrent pas comme pauvres, notamment les personnes âgées, alors qu’ils sont recensés comme tels - et une situation réellement précaire montre la difficulté à circonscrire correctement la pauvreté. Cette question relativise en tout cas la pertinence du critère purement monétaire retenu pour définir une situation complexe souvent appré- hendée de manière très personnelle et intime. Le rapport ne s’intéresse pas non plus au patrimoine, en particulier immobilier, des sondés, une donnée pourtant essentielle pour apprécier leur niveau de vie, en particulier celui des personnes âgées. Il faut rappeler que l’Allemagne est loin d’être l’eldorado des proprié- taires et que seuls 46,5% des ménages sont proprié- taires de leur bien. Or, se focaliser sur la pauvreté relative, en termes de revenus, au détriment de la pauvreté absolue, en baisse constante celle-là depuis des années, revient à mesurer davantage l’inégalité que la pauvreté réelle, encore que ces deux-là forment bien sûr un couple indissociable. D’ailleurs, la critique récurrente à l’égard du rapport fédé- ral suggère de prendre également en compte l’habitat, l’accès à la formation, la santé, le travail et la qualification des sondés, et de mesurer le pouvoir d’achat des ménages, ce qui reviendrait à dresser une toute autre cartographie de la pauvreté en Allemagne et à produire une image plus exhaustive, à variables multiples, de la pauvreté en Allemagne.

Lu 275 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Madjer :

remplacé mercredi l'Espagnol Lucas Alcaraz

Madjer : "J'ai les compétences qu'il faut pour diriger les Verts"

4 000 retraits de permis en un mois

Sécurité routière à Alger

4 000 retraits de permis en un mois

Le e-commerce bientôt encadré

Un projet de loi au niveau de l’APN

Le e-commerce bientôt encadré

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

Projet d’usine de Peugeot en Algérie

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

«L’APN assumera sa responsabilité»

Financement non conventionnel, inflation, gaz de schiste

«L’APN assumera sa responsabilité»