LCA - Amnesty International préoccupée

Frappes américaines contre la Syrie

Amnesty International préoccupée

Par:  lca

L’organisation de défense des droits de l’Homme, Amnesty International, a exprimé vendredi soir, ses "profondes préoccupations" après les frappes américaines contre une base militaire en Syrie.

L’ONG a estimé dans un communiqué, que si le président américain s’inquiétait pour les civils, comme il l’avait déclaré, il devrait commencer par soutenir les réfugiés syriens au lieu de prendre des mesures contre eux.

Elle a relevé que l’administration du président Donald Trump qui a déclaré que l'attaque a été motivée par son souci de la vie des civils syriens, avait montré "un mépris insensible pour les Syriens qui veulent sauver leur vie".

L’ONG ajoute que Trump "doit immédiatement annuler le décret qu’il a signé sur l'interdiction d’entrée aux Etats Unis de plusieurs pays musulmans et mettre fin aux restrictions sur les réfugiés de Syrie qui fuient les horreurs de leur pays s’il s’inquiétait réellement du sort des civils syriens".

"Les forces américaines doivent également respecter de manière stricte, leurs obligations, en vertu du droit international humanitaire, et prendre toutes les mesures possibles pour protéger la population civile dans le cadre de l'action militaire, notamment en s'abstenant d'utiliser des armes internationalement interdites, telles que les armes à sous-munitions, a précisé AI.

Elle a rappelé également, que les attaques aériennes récentes de la coalition dirigée par les Etats-Unis en Irak et en Syrie ont tué des centaines de civils, dont beaucoup étaient des femmes et des enfants piégés dans leurs maisons.

"Le Conseil de sécurité des Nations Unies n'a pas été en mesure de protéger les civils en Syrie depuis six ans. Il a encouragé toutes les parties au conflit en Syrie à commettre des crimes épouvantables en toute impunité", a regretté encore l’ONG.

Elle a estimé qu’il est impératif que les Etats membres  du Conseil de sécurité adoptent une résolution qui garantisse une enquête sur l'attaque chimique qui a eu lieu à Khan Sheikhoun afin de connaître ses véritables auteurs.

La base d'al-Chaayrate, dans la province de Homs (centre), a été frappée vers 00h40 GMT par 59 missiles Tomahawk tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvent en Méditerranée.

Ces frappes interviennent après une attaque chimique présumée sur la localité de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb, imputée au gouvernement syrien par Washington, ce que dément

Lu 45 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi