LCA - Signature d’un accord de sortie de crise en Guyane

Signature d’un accord de sortie de crise en Guyane

France

Signature d’un accord de sortie de crise en Guyane

Après plus d’un mois d’un mouvement social qui paralysait la Guyane, un accord a été signé à Cayenne, à la veille de la présidentielle, entre le collectif à l’initiative de la mobilisation, les élus locaux et le gouvernement.

Après plus d’un mois de conflit social en Guyane, un accord de fin de conflit a été signé vendredi 21 avril entre l’État, les élus et le collectif qui pilotait la mobilisation, mettant fin aux barrages routiers, à l’exception pour l’instant de celui bloquant la fusée Ariane à Kourou. Dans cet «Accord de Guyane», le gouvernement «acte» notamment le déblocage des 2,1 milliards supplémentaires que réclamait le collectif «Pou la Gwiyann dékolé» (pour que la Guyane décolle), arguant que le plan d’urgence d’un peu plus d’un milliard d’euros validé par l’État était insuffisant pour permettre à ce territoire d’Outre-mer, situé en Amérique du Sud, de rattraper son retard sur l’Hexagone.

Un «acte fondamental pour la Guyane»

Le collectif, représentant diverses composantes de la société guyanaise réclamait notamment des mesures pour renforcer les moyens de lutte contre l’insécurité, désenclaver les communes dont certaines n’ont toujours ni eau ni électricité, mieux reconnaître les peuples autochtones, amé- liorer les services de santé défaillants et le système scolaire inadapté à une démographie galopante. Dans un communiqué, la ministre des Outremer, Ericka Bareigts, a salué cet accord, évoquant «une journée déterminante pour l’avenir de la Guyane».

Pour le préfet de Guyane, Martin Jaeger, il s’agit d’un «acte fondamental pour la Guyane. Il trace des ambitions. À nous de le faire vivre avec sérieux, conscience». À Cayenne, le porte-parole du collectif, Davy Rimane, s’est félicité de l’accord. «On a réussi à ce que le protocole paraisse au Journal officiel. Maintenant on pourra travailler avec ce document et aller en justice si on n’est pas satisfaits», a-t-il expliqué. Toutefois, certains membres du collectif se sont faits plus menaçants : «Une fois que le prochain gouvernement sera en place, dès le premier jour, on va entrer en action.

L’État nous doit sept milliards et pas deux», a asséné Olivier Goudet, membre du mouvement des «500 frères», dont la particularité est de défiler cagoulés. Le rond-point proche du centre spatial de Kourou toujours bloqué Mais alors que les barrages avaient commencé à être démontés, vendredi matin, à Cayenne et dans sa périphérie, à la veille de l’élection présidentielle prévue samedi en Guyane, le rond-point proche du centre spatial de Kourou restait bloqué par des militants. Ces derniers réclament «un courrier de la ministre de la Santé» pour acter par écrit «le passage en secteur public du Centre médico-chirurgical de Kourou».

Lu 272 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

Un tanker américain de GNL est attendu en Lituanie

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Malgré la conjoncture difficile

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Un recul de 42% pour le déficit commercial

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

14,82 milliards de dollars de transferts sociaux pour 2017

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

Les handicaps du handicapé

Accessibilité, paupérisation, manque de perspective

Les handicaps du handicapé

Youcef Yousfi recadre la problématique

Construction automobile

Youcef Yousfi recadre la problématique

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

Investissement étranger en Algérie

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

On en jugera sur les faits

Actuel gouvernement : changement de cap ou pas

On en jugera sur les faits

Mais est-ce suffisant ?

Une production céréalière en augmentation

Mais est-ce suffisant ?

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

Des spécialistes déplorent la logique de «pression» de l’ancien gouvernement

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Karim Ouamane, DG de l’Agence nationale des déchets (AND) 

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati

Traitement des effluents dans l'industrie

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati