LCA - Une lumière qui s'éteint

ph: archive

Bou-Saâda avant et après

Une lumière qui s'éteint

La ville de Bou-Saâda fondée au VIe siècle de l’hégire renferme de grandes potentialités économiques et humaines qui pourraient constituer des facteurs importants au développement de toute la région.


Appelée cité du bonheur, Bou-Saada est située au pied des montagnes de Ouled Naïl. Sa situation géographique stratégique fut d’elle un grand carrefour d’échanges commerciaux et culturels. C’est une ville à l’aspect saharien, mais son sol est riche en eau grâce à ses nappes phréatiques qui alimentent sans cesse les sources et les fontaines publiques.

Un mégaprojet d’agriculture à l’exemple de celui mis en œuvre en partenariat avec les Etats-Unis dans la région d’El- Bayadh peut faire de Bou-Saâda un grand pôle économique.

Elle dispose de grandes surfaces de terres arables, si seulement la priorité est accordée au secteur primaire dans la mesure où ce dernier peut avec le tourisme désenclaver cette ville et lui rendre son attractivité d’antan. Bou-Saâda est encore une ville reconnaissante envers ses enfants, le musée Nasr Eddine Dinet en est témoin. Cet édifice a été érigé en hommage à celui qui est tombé sous le charme de la beauté de la ville. Ce lieu est en mesure d’abriter de grandes festivités culturelles pour donner de l’animation à la ville et faire sortir ses habitants de leur marasme.

Privés de tout loisir, les habitants de Bou-Saâda pourraient trouver dans ce musée une bouffée d’oxygène si le ministère de la culture serait prêt à redynamiser l’activité culturelle à travers toute l’Algérie.

Bou-Saâda agonise, les quelques projets lancés avancent à pas de tortue à cause de la bureaucratie en dépit de la bonne volonté du nouveau Wali de M’sila. Sa palmeraie autrefois florissante est confrontée aujourd’hui à une urbanisation anarchique risquant de balayer tout sur son passage. Le moulin Ferrero, qui attirait beaucoup de touristes qui venaient voir la cascade en haut de laquelle se trouvait la prise d’eau qui faisait tourner le moulin, est transformé en décharge publique, source de toutes les odeurs nauséabondes et des maladies respiratoires et cutanées.

L’absence de projets économiques pouvant créer des emplois, combattre le chô- mage et renforcer le sentiment d’appartenir à ce pays, font que les habitants de cette ville deviennent rigides, et l’on a l’impression que ces citoyens ont carrément démissionné et demeurent indifférents à ce qui se passe autour de leur ville. Les déchets enlaident tous les recoins de la ville, le moulin Ferrero est saccagé, et la gestion des affaires se fait d’une manière bureaucratique et hasardeuse.

Or, cette ville devant être promue wilaya, décision prise par le président de la République durant son premier mandat suivie par d’autres promesses de personnalités politiques tels que les ministres de l’intérieur y compris l’actuel ,elle recèle de grandes potentialités et richesses touristiques qui pourraient faire d’elle l’une des régions les plus attractives et les plus compétitives à l’échelle nationale.

Son paysage magnifique et son relief à la fois montagneux et saharien peuvent être exploités dans l’industrie cinématographique, plusieurs films y ont été tournés par le passé, ses citoyens attendent impatiemment la promotion de leur ville en wilaya et l’ouverture de l’aéroport de Ain Diss qui fera bouger l’activité touristique et reliera le nord au sud Ses vastes terres n’attendent qu’une réelle volonté politique pour contribuer à l’autosuffisance alimentaire locale, voire régionale et aller vers une industrie agroalimentaire pour absorber le chômage.

Sans omettre le tourisme qui doit être encouragé et accompagné par les autorités du pays afin de sortir le pays de l’économie de la rente.

Lu 147 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Les industries sidérurgiques et mécaniques (ISMMEE) à la traîne

Hausse de la production du secteur public en 2017

Les industries sidérurgiques et mécaniques (ISMMEE) à la traîne

Kaouane laisse aux chaînes privées de choisir leurs satellites

Après le lancement d’Alcomsat-1

Kaouane laisse aux chaînes privées de choisir leurs satellites

Ces milliers d’emplois perdus en 2017

Crise financière, gel des projets, cessations d’activités…

Ces milliers d’emplois perdus en 2017

La Caci veut capitaliser la «dynamique» bilatérale

Algérie-France

La Caci veut capitaliser la «dynamique» bilatérale

Visite guidée à la presse écrite et audio-visuelle

Antenne de l’Ansej de Tipasa

Visite guidée à la presse écrite et audio-visuelle

Des contrats pour le développement du champ de Tinhert signés

Après la visite d’Ouyahia du champ gazier de Reggane Nord

Des contrats pour le développement du champ de Tinhert signés

Utopique et inefficace

Proposition d’«un nouveau dinar» par l’ex-ministre de la Prospective

Utopique et inefficace

L'Algérie réitère sa condamnation

Transfert de l'ambassade américaine à El-Qods

L'Algérie réitère sa condamnation

Ouyahia « ouvrira les vannes » du complexe gazier de Reggane

Le Premier ministre en visite de travail aujourd’hui à Adrar

Ouyahia « ouvrira les vannes » du complexe gazier de Reggane