LCA - Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

ph: archive

Le climat des affaires à Bou-Saâda

Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

Outre son aspect environnemental très important, l’aménagement du territoire vise aussi à rendre un espace attractif, rentable et compétitif à l’échelle régionale, continentale et planétaire. Aménager le territoire algé- rien n’est guère un choix, mais une nécessité imposée par le processus de mondialisation.


Certes nous accusons un grand retard dans ce domaine pour des raisons économiques et sécuritaires. Le modèle économique choisi par notre pays au lendemain de l’indépendance, et une grave crise économique et sécuritaire depuis la fin des années 80, n’ont pas permis à notre nation de se hisser parmi les pays qui participent activement aux échanges internationaux.

Prendre part à l’économie mondiale passe impérativement par l’aménagement du territoire national

 En dépit de quelques projets enregistrés dans certaines contrées dans la banlieue d’Alger, les régions des Hauts- Plateaux, du Sud et de l’Est demeurent toujours marginalisées.

C’est le cas de la région de BouSaâda appelée, jadis, cité du bonheur mais qui risque malheureusement de devenir synonyme de désespoir et de mal-vie pour ses habitants depuis que l’activité touristique n’arrive plus à captiver des touristes, sachant que le tourisme peut constituer une alternative pour le décollage économique.

Bou-Saâda, qui fait partie des Hauts-Plateaux, dont un fonds pour le développement a été dégagé par le président de la République, s’appauvrit davantage avec un taux de chômage des plus élevés dans le pays et un marasme qui caractérise le vécu de ses habitants. Le climat des affaires qui n’est nullement favorable à BouSaâda est surtout dû à la lenteur dans le traitement des dossiers d’investissement, et l’absence de moyens de communications performants, en sus du système bancaire et financier n’accompagnant pas comme il se doit les tentatives de rendre à cette ville sa beauté d’antan.

Par pur hasard nous avons rencontré Mr Ameur Benchenouf Gérant du Relais Routier Porte des Oasis (RRPO) qui travaille sur un grand projet touristique à savoir un hotel,un parc d’attractions et une salle des fêtes tous implantés à Bou Saada qui sont susceptibles de créer de l’emploi et rendre l’espace plus attractif.

Hormis la BDL, Banque de dé- veloppement local, qui a octroyé plusieurs crédits à ses clients investisseurs(long et moyens termes) parmi lesquels figure Mr Ameur Benchenouf qui se félicite de l’accompagnement de cette dernière(BDL) quant à la rapidité et l’éxécution du crédit d’investissement ainsi que la ponctualité et le sérieux du suivi des travaux de réalisation des projets lancés par differents investisseurs et cela par un personnel sérieux et affable de l’agence BDL de Bou Saada. Mr Benchenouf Ameur projette de lancer une station thermale dans la Daira de Djebel Messaad en plus du relais routier,identique à celui de Bou Saada qui y est déjà implanté et dont le démarrage ne saurait tarder.

Bien que détenteur d’une décision de la part des autorités pour se lancer dans la réalisation d’autres projets ,cet investisseur demeure toujours confronté à la bureaucratie qui l’empêche d’avoir tous les actes nécessaires au lancement concret de ses œuvres, particulièrement avant l’arrivée de Monsieur Hadj Mokdad Wali de la Wilaya de M’sila.

Il est utile de souligner que l’administration locale, notamment l’Assemblée populaire communale de Bou-Saâda dont le mandat expire dans quelques jours, n’a pas facilité la tâche à cet investisseur qui ne veut toujours pas abdiquer, particulièrement après le changement survenu à la tête de la wilaya de M’sila. Nous souhaitons incha allah que la nouvelle APC soit jeune ,attentive compétitive et dévouée aux doléances des citoyens. Depuis son installation à la tête de la wilaya de M’sila,Mr Hadj Mokdad , travaille d’arrachepied avec ces investisseurs afin de trouver des solutions économiques à ces projets pour lutter ensemble contre le chômage, redonner espoir à la population et voir des touristes de toute nationalité venir rajouter une certaine ambiance à la ville qui a charmé Etienne Dinet,et plusieurs autres artistes, peintres, cinéastes et écrivains.

Notre investisseur se dit confiant et rassuré quant à la détermination de ce nouveau wali à déblayer tous les obstacles bureaucratiques pouvant freiner le bon déroulement de ces chantiers et de facto, permettre une prise en charge et un traitement rapide des dossiers d’investissement dans le but de voir le rêve de cet homme d’affaires se concrétiser sur le terrain. Le wali de M’sila est appelé à travailler durement si notre pays ne veut pas que le capital et la compétence des honnêtes hommes d’affaires aillent faire le bonheur des autres, loin de chez nous, au moment où le pays a besoin de tous ses enfants pour sortir de la crise. La concertation entreprise par le wali redonne espoir aux investisseurs nationaux qui souhaitent voir leurs dossiers traités en urgence, car le temps, c’est de l’argent.

Il est à noter aussi que le nouveau Chef de Daïra de Bou Saada ne cesse de s’attaquer aux décharges sauvages et scrute de très près l’embellissement de la ville et ne cesse de faire appel au civisme citoyen. Homme de terrain il passe la quasi-totalité de son temps à inspecter orienter voire même aider les équipes et ce jusqu’à une heure tardive de la journée Il est grand temps pour BouSaâda d’ouvrir ses bras aux investisseurs, et il est opportun que les autorités procèdent à l’aménagement de cette région par la construction d’infrastructures de base, des centres de recherches pour former des cadres qui permettront aux entreprises en place de bénéficier de leur savoir faire. Bref, les conditions d’attractivité sont de la responsabilité de l’Etat et de ses commis à travers les wilayas si nous voulons inté- grer la mondialisation.

Le pouvoir d’achat faible, l’oisiveté due au chômage, la pollution et les conséquences de la décennie noire ne doivent pas constituer le lot quotidien des habitants de Bou-Saâda dans la mesure où toutes les autorités prennent conscience du danger qui pèse sur notre pays si la situation tarde à changer.

Lu 157 fois Dernière modification le jeudi, 16 novembre 2017 17:21

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Les industries sidérurgiques et mécaniques (ISMMEE) à la traîne

Hausse de la production du secteur public en 2017

Les industries sidérurgiques et mécaniques (ISMMEE) à la traîne

Kaouane laisse aux chaînes privées de choisir leurs satellites

Après le lancement d’Alcomsat-1

Kaouane laisse aux chaînes privées de choisir leurs satellites

Ces milliers d’emplois perdus en 2017

Crise financière, gel des projets, cessations d’activités…

Ces milliers d’emplois perdus en 2017

La Caci veut capitaliser la «dynamique» bilatérale

Algérie-France

La Caci veut capitaliser la «dynamique» bilatérale

Visite guidée à la presse écrite et audio-visuelle

Antenne de l’Ansej de Tipasa

Visite guidée à la presse écrite et audio-visuelle

Des contrats pour le développement du champ de Tinhert signés

Après la visite d’Ouyahia du champ gazier de Reggane Nord

Des contrats pour le développement du champ de Tinhert signés

Utopique et inefficace

Proposition d’«un nouveau dinar» par l’ex-ministre de la Prospective

Utopique et inefficace

L'Algérie réitère sa condamnation

Transfert de l'ambassade américaine à El-Qods

L'Algérie réitère sa condamnation

Ouyahia « ouvrira les vannes » du complexe gazier de Reggane

Le Premier ministre en visite de travail aujourd’hui à Adrar

Ouyahia « ouvrira les vannes » du complexe gazier de Reggane