La mobilisation reste intacte
12 Avr 2019
Partager

8e vendredi de protestation

La mobilisation reste intacte

Par:  Naama Abbas
Lu 1086 fois
Comme chaque vendredi, depuis le 22 février, les Algériens sont encore une fois sortis pour manifester et exiger le départ du système  et de ses hommes à qu’ils demandent de partir. La mobilisation est intacte, les principales placettes que ce soit la Grande-Poste, la Place Maurice Audin ou alors celle du 1er Mai, ces dernières sont noires de monde.  De nombreuses familles, des enfants des générations d’Algériens sont rassemblés pour crier les mêmes slogans.
 Déjà, la veille, des manifestants avaient occupé la Place Audin et la Grande- Poste  jusqu’à une heure tardive de la nuit.
 Leur détermination demeure intacte, ils demandent d’une voix unie le départ de tout le système. Des slogans hostiles à Gaïd-Salah sont brandis, même les élections présidentielles, dont la date du 4 juillet a été annoncée, sont rejetées. Les accès qui mènent à la capitale sont totalement bouchés, les cordons sécuritaires sont stricts, l’accès sur la capitale est très lent si ce n est  complètement au ralenti, ce qui crée des bouchons monstres de voitures. La situation est par instant tendue.  
A Audin, le canon à eau a été utilisé pour disperser les manifestants. Des manifestants présents calment les esprits et empêchent que les choses dégénèrent. 
Des slogans portés par des jeunes demandent à Gaïd-Salah de chasser «la Issaba», la bande mafieuse qui a pillé le pays, nous sommes sous ta protection, scandent-ils. A la Place Audin,  une tribune est dressée pour la prise de parole pour ceux qui veulent s’exprimer; des femmes prennent la parole, elles demandent d’être vigilants contre toutes tentatives de récupération de ce mouvement qui est populaire. La tribune offre ainsi un droit de parole à tous ceux qui souhaitent s’exprimer. Il n’en fallait pas plus pour laisser exprimer son point de vue, son opinion en toute démocratie. 
Pour ce huitième vendredi, la mobilisation populaire semble plus importante. Elle intervient quelques jours seulement après la nomination du chef de l’Etat, Bensalah, le discours du vice-ministre de la Défense à partir de la 2e Région militaire et enfin l’annonce des prochaines élections présidentielles, le 4 juillet prochain.
  Le mouvement populaire ne semble pas s’essouffler, bien au contraire, il affirme une détermination sans faille, il n’en demeure pas moins que le Hirak dans sa forme actuelle se doit après huit semaines de manifestations de faire émerger ses représentants qui puissent parler au nom des ses milliers de personnes qui battent le pavé. Ce mouvement dans son expression actuelle, semble sans tête. 
Certaines personnalités publiques connues font des déclarations par-ci et par-là, sans mandat  de la part d un mouvement qui se veut populaire et tres méfiant. Il gagnerait à faire émerger de ses rangs une direction qui pourra parler en son nom et être représentative des aspirations de la volonté populaire qui est sortie dans la rue.
Naama Abbas 
Dernière modification le vendredi, 12 avril 2019 22:28

A LIRE AUSSI..

«La seule solution de crise c’est un dialogue sérieux»

Abdelkader Bengrina président du mouvement «El Bynaa El Wattani» 

«La seule solution de crise c’est un dialogue sérieux»

Bedoui face à la fronde qui s’annonce

Marches populaires, baisse des prix du pétrole, contestations sociales

Bedoui face à la fronde qui s’annonce

Les citoyens continuent de réclamer le changement

27e vendredi du Hirak à Alger

Les citoyens continuent de réclamer le changement