Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/lechiffr/public_html/components/com_k2/models/item.php on line 877

Le contrôle des transferts en devises est la prérogative de la Banque d'Algérie

Une nouvelle commission de veille pourquoi faire?

Par: 
Lu 143 fois

C’est vrai que la réglementation algérienne en matière de transfert d’argent vers l’étranger, reste stricte, mais cela n’a pas empêché l’enregistrement de sortie de capitaux pour le règlement de transactions commerciales et immobilières, par le biais de circuits hors ceux permis par la Banque d’Algérie.


Par Abdelkader Mechdal Economiste    

Le grand souci de la population en ce temps de «Hirak », que connaît le pays, est de comment préserver les avoirs en devises, qui se font dans la rareté, pour mieux confronter les besoins de consommation et d’investissement, au moins pour sortir de la situation de crise actuelle.

Après l’expérience du fonds de régulation des recettes, qui a vu son solde disparaître au fil du temps, sous le recours abusif des autorités à l’utilisation de ses avoirs, et sans que cela ne puisse aider l’économie nationale à se remettre de la situation de déséquilibre qu’elle connaît depuis des années, la crainte se situe actuellement au niveau des réserves de change, qui prend la même trajectoire que celle du fonds, et la même logique quant à la perte des moyens de financement en devises, tant qu’elles ne sont pas orientées vers la création de richesse.

Le seul moyen utilisé par les autorités publiques, pour rassurer la population quant à la rigueur liée à la bonne utilisation des devises, est de rappeler que les seules voies de transfert sont limitées à trois possibilités selon la réglementation de la Banque d’Algérie. Il s’agit en premier lieu des opérations d’importation des biens et services, dans le cadre du commerce extérieur, et le règlement passe obligatoirement par les services de change de la Banque centrale.

En deuxième lieu, on retrouve les opérations d’investissement opérés à l’extérieur du pays, par des opérateurs résidents en Algérie, l’opération passe par l’obtention elle aussi obligatoire, d’une autorisation au préalable du Conseil de la monnaie et du crédit de la Banque d’Algérie. En troisième lieu, il y a le transfert de dividendes hors du pays, par des opérateurs activant en Algérie, cette opération qui constitue, en fait, la garantie donnée par les autorités, pour encourager la venue des investisseurs directs étrangers.

Donc, la loi sur la monnaie et le crédit donne cette prérogative à la Banque d'Algérie pour gérer les flux financiers vers et de l'étranger, avec des règles bien déterminées, ce qui constitue une garantie certaine, pour la justification des transferts dans la sphère officielle. Cette mission est confiée au Conseil de la monnaie et du crédit qui doit veiller à la bonne utilisation des devises et à des fins économiques précises.

Alors, à quoi bon de créer une nouvelle commission de veille, qui vient d'être annoncée et qui va regrouper les experts de la Banque d'Algérie avec les chefs d'établissements bancaires, et des représentants de l'Association des établissements bancaires et financiers (Abef), pour lui accorder les mêmes prérogatives que celles du Conseil de la monnaie et du crédit, si ce n'est qu'une volonté d'apaisement envers les demandes pressantes à faire obstacle à la fuite de capitaux vers l'étranger.

Mais, reste à savoir quelle serait l'efficacité du travail attendu de cette commission de veille, quand on sait que la fuite des devises se fait avec des procédés multiples qui échappent à tout contrôle. Et puis la sphère officielle est tellement rigide qu'elle pousse à la dévier par les opérateurs malintentionnés, et de verser dans des pratiques du marché noir. L'économie parallèle, qui a vu son volume augmenter à un chiffre faramineux de 40% du PIB, selon les estimations de la Banque mondiale, reste la source de tous les maux qu'il faudra prendre en charge, si les autorités appliqueraient un bon travail de veille.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/lechiffr/public_html/templates/yoo_luna/html/com_k2/templates/default/item.php on line 276
Dernière modification le dimanche, 14 avril 2019 19:45
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

Des réussites malgré les entraves réglementaires

Pénétration des marchés extérieurs par les entreprises algériennes

Des réussites malgré les entraves réglementaires

Djellab fait le point

Ramadhan, permanence de l'Aïd et saison estivale

Djellab fait le point