Exportations hors hydrocarbures

Les pays du Sahel et la Cedeao en ligne de mire

Par:  Réda Hadi
Lu 157 fois

L’Algérie, qui peine à exporter vers le nord de sa rive, lorgne désormais vers le sud  et regarde plutôt du côté des pays du Sahel et de la Cedeao. Après quelques échecs d’exploration vers des pays européens, et qui ont soulevé la polémique, pour diversifier son économie et sortir des recettes des énergies fossiles, Les pouvoirs publics ont jeté leur dévolu sur l’Afrique. Le continent africain est considéré par tous les économistes comme un marché» en pleine expansion, et qui est convoité par tous y compris, la Chine et la Turquie, qui représentent les figures de proue en matière d’investissements.


Par Réda Hadi

Deux caravanes transportant 700 tonnes de produits algériens ont démarré mardi vers Nouakchott et Dakar, au titre de la dynamique de la promotion des exportations hors hydrocarbures et la nouvelle politique de positionnement de l'Algérie en Afrique, a indiqué un communiqué du ministère du Commerce.

Les deux caravanes, composées de 30 camions du groupe «Ligitrans», transportent 620 tonnes de produits algériens destinés à la capitale mauritanienne, Nouakchott. Cette quantité est composée de 240 tonnes de produits agroalimentaires, 20 tonnes de produits agricoles, 120 tonnes d'emballage, 20 tonnes de produits d'hygiène corporelle, 120 tonnes de produits chimiques, 20 tonnes de literie, 40 tonnes de produits électroménagers et 40 tonnes d'articles de ménage.

Si le tonnage exporté ne va pas «peser» lourd sur la balance des exportations, il est quand même un signe significatif des efforts des pouvoirs publics pour réussir cette fameuse «transition», si ceux-ci sont continus et élagués de toute bureaucratie.

Pour le moment, les chiffres sont peu significatifs sur le volume des affaires entre l’Algérie et les pays de l’Afrique, qui ont été révélés en marge de l’exposition des produits algériens à Libreville (Gabon). Il a été ainsi souligné que les exportations algériennes hors hydrocarbures vers l’Afrique s’élèvent à 206 millions de dollars seulement, soit 13% du montant global des exportations vers le continent noir.

Si on y intègre les hydrocarbures, le global des exportations prendra légèrement de l’épaisseur, donnant un peu de consistance aux échanges commerciaux qui s’établissent à trois milliards de dollars. Ces derniers se répartissent comme suit : 1,6 milliard de dollars d’exportations algériennes et 1,4 milliard de dollars d’importations auprès des pays africains, un flux d’échanges qui se fait avec seulement cinq pays du continent.

L’Algérie a, certes, pris pied, quoique ne possédant finalement que trois comptoirs commerciaux : la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Cameroun. Ce qui reste marginal, par rapport au potentiel du marché africain.

Pourtant, les intentions algériennes concernant l’Afrique ont été claires et ne souffrent d’aucune ambigüité.

En décembre dernier, Saïd Djellab, alors ministre du Commerce, avait annoncé que notre pays  envisage d'entamer des négociations avec la Communauté économique des pays d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) en vue de conclure un accord commercial préférentiel entre les deux parties, ce qui permettra la facilitation d'accès des produits algériens à cette zone qui représente un marché de 300 millions de consommateurs.

L'Algérie a entamé effectivement la négociation sur un accord commercial préférentiel avec la Mauritanie qui a abrité, en octobre dernier, la foire de la production algérienne en prouvant que «le produit national possède une place sur les marchés extérieurs. L'Algérie ciblera, par la suite, des marchés des pays de l'Afrique centrale et australe.

«Cela reflète, l'orientation stratégique du pays vers son continent qui représente un espace naturel. L'Algérie est un pays pionnier en Afrique, et nous devons intégrer un contenu économique dans notre relation diplomatique et politique distinguée sur le continent, un objectif que nous cherchons à atteindre», a affirmé alors M. Djellab.

A ce titre, les études économiques montrent que l'Algérie sera au cours des prochaines années le plus important marché prometteur de par le monde, le volume des échanges commerciaux ne dépassant pas les 11%. Nous avons une marge de manœuvre très importante avec les pays de l'Afrique, d'où la nécessité pour nous d'œuvrer à ce que l'Algérie décroche sa part sur ce marché.

Cette nouvelle orientation vers l'Afrique sera concrétisée par de nombreux salons et manifestations économiques dans lesquels l'Algérie participera dans ce continent.

L'Algérie compte participer à 29 salons en Afrique sur 53 salons internationaux, durant la période 2019-2020.

Dernière modification le samedi, 20 avril 2019 22:06

A LIRE AUSSI..

La nouvelle loi sur les hydrocarbures sera-t-elle reportée?

Investissements énergétiques en Algérie

La nouvelle loi sur les hydrocarbures sera-t-elle reportée?

Le pétrole repart à la hausse après ses plus fortes pertes de l’année 2019

Le marché connaît une grande agitation due à la pression américaine

Le pétrole repart à la hausse après ses plus fortes pertes de l’année 2019