Les pensions de retraite augmentées
03 Mai 2019
Partager

Allant de 1,5 à 6% à partir du mois de mai

Les pensions de retraite augmentées

Par: 
Lu 899 fois

Bonne nouvelle pour les retraités. Une revalorisation des pensions et allocations a été décidée par le gouvernement à partir de ce mois de mai, allant de 1,5  jusqu’à 6%, a annoncé, ce jeudi dernier, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam. Le ministre, qui avait supervisé les travaux d’une journée d’information sur la prévention sanitaire dans le milieu du travail en compagnie du ministre de la Santé, Miraoui Mohamed, a précisé que «le gouvernement a décidé, après examen par le conseil d'administration de la Caisse nationale des retraites (CNR), la revalorisation des pensions et allocations de retraite au titre de l'année 2019, à des taux allant de 1,5 à 6% à compter du 1e mai 2019, visant à l’amélioration du pouvoir d’achat des retraités».


Par Zahir R.

Indiquant que ces augmentations seront versées en juin prochain, M. Haddam a expliqué qu’elles seront calculées en fonction d’un taux variable qui tient compte du montant global des pensions et allocations de retraite. En effet, les pensions dont le montant est inférieur ou égal à 20 000 DA seront augmentées de 6%, soit une hausse de plus de 1 000 DA, 3% pour les pensions dont le montant est supérieur à 20 000 DA et inférieur ou égal à 40 000 DA, 2,5% pour les pensions dont le montant est supérieur à 40 000 DA et inférieur ou égal à 60 000 DA, 2% pour les pensions dont le montant est supérieur à 60.000 DA et inférieur ou égal à 80 000 DA et enfin 1,5% pour les pensions de plus de 80 000 DA. Suite à la cherté de la vie, les retraités estiment que ces augmentations sont «marginales» et ne s’accommodent pas avec leur pouvoir d’achat en régression d’une année à l’autre. Les prix de denrées alimentaires, de soins et autres services ne cessent d’augmenter. Il faut dire que ces augmentations ont été décidées malgré les difficultés financières de la Caisse nationale des retraites. Son directeur général, Slimane Melouka, avait déclaré récemment que l'équilibre financier de la CNR demeure «extrêmement précaire», et ce, en dépit des mesures prises par les pouvoirs publics dans ce sens. Il avait expliqué que l'aggravation des déficits de la Caisse «est due essentiellement à la croissance modérée des recettes de cotisations, notamment durant la période 2015-2018 avec un taux de couverture des dépenses par les recettes, qui est passé de 81% en 2014 à 56% en 2018». La situation demeure «extrêmement précaire», avait-il déploré. Le DG de la CNR avait également imputé cette situation à l'évolution «effrénée» des dépenses avec un taux d’accroissement annuel moyen de 18% entre 2010 et 2018, en raison notamment de «la revalorisation annuelle des avantages de retraite, des augmentations salariales substantielles en 2012, avec des effets rétroactifs jusqu'à 5 ans et l'augmentation massive des départs en retraite avant l'âge légal».
Toutefois, ce responsable n'a pas manqué de souligner que la détérioration de la situation financière de la CNR, depuis plus de 5 ans, a conduit les pouvoirs publics à «engager une réflexion de fond sur le régime de retraite des travailleurs salariés en vue d'améliorer ses comptes financiers à moyen et long termes et d'en assurer la viabilité». D’ailleurs, dans la loi de finances 2019, les pouvoirs publics ont autorisé la CNR à contracter un crédit auprès du FNI, à des taux d'intérêt bonifiés à long terme. L'affectation exceptionnelle de 500 milliards de DA, octroyée en 2018 pour préserver les équilibres du système de Sécurité sociale, avait permis le paiement des pensions de retraite.

Dernière modification le vendredi, 03 mai 2019 20:04
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

«La seule solution de crise c’est un dialogue sérieux»

Abdelkader Bengrina président du mouvement «El Bynaa El Wattani» 

«La seule solution de crise c’est un dialogue sérieux»

Bedoui face à la fronde qui s’annonce

Marches populaires, baisse des prix du pétrole, contestations sociales

Bedoui face à la fronde qui s’annonce

Les citoyens continuent de réclamer le changement

27e vendredi du Hirak à Alger

Les citoyens continuent de réclamer le changement