Abdelkader Boumaâraf, président de la Cour des comptes

«La non-publication de nos rapports est due à des raisons politiques»

Par:  Chahinez DJAHNINE
Lu 158 fois

Le président de la Cour des comptes, Abdelkader Boumaâraf, a déclaré, hier, à travers les ondes de la Radio algérienne lors de son passage à l'émission «L'invité de la rédaction de la Chaine III, que «la Cour des comptes n'a jamais publié ses rapports annuels sous l'ère de Bouteflika».

Confirmant ainsi l’infraction de l'article 16 du décret de sa création, la Cour des comptes n'a pas rendu publics ses rapports annuels depuis 1999, soit depuis l'installation du Président Bouteflika.

Abdelkader Boumaâraf affirme aussi que depuissa création, seuls deux rapports ont été publiés et uniquement durant le mandat de Liamine Zeroual.

Concernant la lutte contre la fraude, la gestion et détournement des deniers publics et la lutte contre la corruption, Abdelkader Boumaâraf a souligné que la Cour des comptes en Algérie n'a jamais été indifférente devant toutes infractions notamment la corruption, et surtout dans le cadre ce que dicte la loi, en particulier l'article 2 qui décrit de façon très précise le rôle de la Cour des comptes.

En soulignant que les institutions supérieures de contrôle des finances publiques ont un rôle essentiel  dans la prévention et à la lutte contre la corruption en renforçant la protection du patrimoine public, le président de la Cour des comptes a affirmé qu’à chaque année, la Cour des comptes établissait des rapports qui sont transmis aux autorités juridiques de l'État.

En revenant sur la non-publication des rapports de la Cour des comptes de 1999 à jour, le responsable a dévoilé que le problème essentiel de l’institution se situait dans la publication des rapports annuels embarrassants car synthétisant les principaux constats et les principales recommandations qui sont adressés aux pouvoirs publics en matière de gestion des deniers publiques.

Il se trouve, selon lui, que ces rapports ont été publiés deux fois seulement durant toute l'histoire de la Cour des comptes  algérienne, alors que les autres rapports des autres années ont été établis mais sans qu'ils soient rendus publics.

Il a ajouté que : «Nous disposons de la collection des rapports jusqu'à 2018, et la non- publication des rapports annuels de la Cour des comptes. L'information du citoyen est un vecteur très important et l'une des missions les plus importantes des Cours de comptes à l’échelle mondiale. Les citoyens sont  des contributeurs au financement des activités de l'État».

Déplorant la non-publication de certains rapports annuels durant les exercices des Présidents de la République qui se sont succédé, Abdelkader Boumaâraf a souligné que les décisions étaient politiques et que l’institution était dépassée par les événements qui se sont produits.  

Chahinez DJAHNINE

Dernière modification le mercredi, 15 mai 2019 18:53

A LIRE AUSSI..

L’été des cadeaux chez Brandt Mobile

Grande tombola estivale

L’été des cadeaux chez Brandt Mobile

«Nous voulons un dialogue global et responsable»

Abdallah Saad Djaballah au forum d’«El Wassat» 

«Nous voulons un dialogue global et responsable»