Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/lechiffr/public_html/components/com_k2/models/item.php on line 877

Le retour au paiement différé des factures à l’importation

Une tentative de correction des erreurs commises à l’encontre de l’économie nationale

Par: 
Lu 429 fois

La prolongation du délai de paiement différé de deux mois à un an, décidée par le gouvernement quant au règlement des factures de l’importation, n’est qu’une tentative pour corriger des erreurs dans les choix des pouvoirs publics, depuis la loi de finances complémentaire 2009, quand ils ont exigé la limitation du mode de paiement des importations, au crédit documentaire.


Par: Abdelkader Mechdal

Economiste   

 

L’érosion des réserves de change constatée ces 5 dernières années, et le rythme avec lequel sont en train de diminuer, exercent une grande pression sur les pouvoirs publics qui se retrouvent dans l’état de rechercher des solutions de rechange pour faire face au manque de rentrées en devises. Donc, en complément aux procédures prises dans le cadre de la limitation de  l’importation des kits industriels de montage-véhicules et celle destinée à l’industrie électronique, la commission gouvernementale, constituée des départements des finances, de l’industrie et du commerce, se penche sur le mode de règlement des achats de l’étranger, dans le seul but de prolonger la vie des réserves de change.

Limiter la sortie de devises, par le biais des instruments bancaires, est une procédure complémentaire d’accompagnement pour essayer de limiter le déficit commercial vis-à-vis de l’étranger qui s’est creusé au fil du temps, en relation avec des importations difficilement compressibles, et des rentrées en hydrocarbures tributaires de la situation du marché international qui connaît une compression certaine en relation avec une économie mondiale en mal de reprise.

Mais, il faut constater que cette révision des instruments de règlement de la valeur des importations vient pour corriger une erreur fatale que les pouvoirs publics ont commise, quand ils ont exigé, dès la loi de finances complémentaire 2009, que le paiement des factures à l’importation soit fait par le biais du crédit documentaire. Ce dernier se base sur les documents fournis par les importateurs sur la nature des marchandises, leur qualité et prix, le tout validé par le fournisseur étranger et sa banque et le paiement de la facture est garanti quant à lui par la banque de l’acheteur (l’importateur algérien) dans un délai précis.

Cette façon de procéder visait à soi- disant avoir des renseignements exacts sur les transactions, et ce, pour protéger l’économie nationale des fausses déclarations. Mais à l’époque, les observateurs connaisseurs en matière bancaire, ont mis en garde les pouvoirs publics sur le fait que le crédit documentaire va protéger l’opérateur étranger en lui garantissant le paiement de ses factures dans des délais courts, sans pouvoir dissuader les pratiques frauduleuses touchant les intérêts de l’économie nationale.

Et puis, même la communauté d’affaires avait rejeté la limitation imposée au mode de paiement de leurs transactions, considérant que pas mal d’entre eux avaient l’habitude de payer leurs factures en différé en entente avec leurs fournisseurs qui voulaient dans le cadre de leur stratégie commerciale, fidéliser leurs clients algériens en leur facilitant le procédé de paiement. Et voilà que les pouvoirs publics reviennent 10 ans après, à la case départ, en voulant revenir au paiement différé, et après que les caisses en devises se sont bien vidées, ce qui prouve encore une fois, que la protection des intérêts de l’économie nationale passe obligatoirement par la cessation d’ingérence purement administrative dans la gestion des affaires, tant que les instruments bancaires sont outillés, dans leur diversité, à garantir la transparence dans le domaine du commerce extérieur.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/lechiffr/public_html/templates/yoo_luna/html/com_k2/templates/default/item.php on line 276
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

Des réussites malgré les entraves réglementaires

Pénétration des marchés extérieurs par les entreprises algériennes

Des réussites malgré les entraves réglementaires

Djellab fait le point

Ramadhan, permanence de l'Aïd et saison estivale

Djellab fait le point