Le pétrole repart à la hausse après ses plus fortes pertes de l’année 2019
25 Mai 2019
Partager

Le marché connaît une grande agitation due à la pression américaine

Le pétrole repart à la hausse après ses plus fortes pertes de l’année 2019

Par: 
Lu 240 fois

Les prix du pétrole reprennent leur souffle, avec l’augmentation constatée la veille d’un week-end prolongé au lundi, aux Etats Unis d’Amérique et en Grande-Bretagne, les deux marchés de référence mondiale, et ce, après ce qu’on qualifie de la pire séance de l’année qu’ont connue les marchés jeudi passé, avec des pertes hebdomadaires allant de -4.9% pour le Brent référentiel européen à -6.8% pour le WTI américain.


Abdelkader Mechdal

Economiste

Les prix donc ont enregistré un redressement à la fermeture des marchés vendredi soir, avec des gains de l’ordre de +1.37% pour le Brent qui gagne 93 cents du dollar US pour atteindre 68.69 dollars US, et de +1.24% pour le WTI qui passe à 58.63 dollars US gagnant ainsi 72 cents du dollar US. La grande fluctuation qu’ont connue les marchés en 24h, entre jeudi et vendredi, témoigne de l’agitation qui les a caractérisés. Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, alimentées par les difficultés du groupe chinois Huawei sur le marché américain, ont nourri les craintes quant au report de la normalisation des relations entre les deux plus grandes puissances économiques dans le monde, ce qui a poussé à enregistrer ce jeudi, les plus mauvaises performances des cours du pétrole de l’année 2019.

Le passage vendredi à une reprise des prix a été nourri à l’inverse, par la prise de risque sur les transactions liées aux actifs, ce qui a permis aux marchés boursiers de connaître des hausses, avec une baisse de la parité du dollar américain. Dans cet état de cause, il est d’habitude de passer plus de commandes sur les matières premières en général, et le pétrole en particulier. D’autres éléments clés ont contribué au résultat enregistré la semaine passée. Il s’agit surtout de l’augmentation jugée inattendue des réserves de brut aux Etats-Unis, ainsi que les mauvaises performances du secteur privé en Europe, au Japon et aux Etats-Unis, ce qui a présenté des indicateurs de recul de la consommation du carburant dans le monde, et de là, la baisse de la demande sur le pétrole.

De l’autre part, les observateurs sont restés perplexes devant la diminution la plus importante de l’année des cours du pétrole, dans une conjoncture caractérisée par le respect de l’accord des pays exportateurs de diminution des quotas de l’ordre de 1.2 million de barils/jour, estimé à 168% vu les difficultés que connaissent les productions de l’Iran et du Venezuela qui subissent les sanctions américaines. Mais, reste que les Etats-Unis exercent de fortes pressions sur les marchés, en recourant aussi à l’augmentation de sa production du pétrole de schiste, pour passer à 13 millions de barils/jour, pour se consacrer comme premier producteur mondial de brut, et de là, minimiser ses commandes de ses fournisseurs traditionnels.

Dernière modification le dimanche, 26 mai 2019 00:32
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

Vers un renforcement du partenariat privilégié

Tunisie-Union européenne

Vers un renforcement du partenariat privilégié

Makhloufi participera au 1500 m

Ligue de diamant/Meeting de Paris

Makhloufi participera au 1500 m

Nouvelle mobilisation estudiantine

Constantine  

Nouvelle mobilisation estudiantine

Le PDG de l’Anam incarcéré

En relation avec l’affaire Ali Haddad

Le PDG de l’Anam incarcéré

Les eaux souterraines, sources d’approvisionnement en eau potable

Les eaux souterraines, sources d’approvisionnement en eau potable

Les eaux souterraines, sources d’approvisionnement en eau potable