Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/lechiffr/public_html/components/com_k2/models/item.php on line 877

Son volume ouvre l’appétit des grandes forces commerciales au monde

La zone de libre-échange servira-t-elle l’intégration économique en Afrique ?

Par:  Abdelkader Mechdal
Lu 250 fois

La plus grande crainte en relation avec le lancement de la nouvelle zone africaine de libre-échange est de voir les avantages à consentir et profiter à des parties tierces, et se retrouver ainsi dans le même schéma qui régnait auparavant, c'est-à-dire consacrer la mainmise des sociétés multinationales sur le marché interne, énorme avec ses 1.2 milliard de consommateurs.


Un pas en avant vient d’être franchi avec la mise en application de l’accord commercial de libre-échange en Afrique à partir du 31 mai 2019, le plus important depuis la création de l’OMC en 1995, puisqu’il ouvre la possibilité d’atteindre une taille d’un marché de plus d’un milliard de consommateurs, ce qui constitue en soi un élément fort d’attractivité, d’ordre commercial et d’investissement. L’ambition étant d’arriver à un volume de 3 000 milliards de dollars d’opportunités commerciales, une aubaine pour les entreprises les plus dynamiques exerçant sur le continent. L’appui consenti dans cet objectif est celui du démantèlement tarifaire entre les pays signataires, au nombre de 44 actuellement, qui touche 90% des tarifs appliqués actuellement pour ouvrir la voie à l’apparition d’un marché unique, stimulant ainsi les échanges et une possible intégration interafricaine.    

La faiblesse des chiffres, quant à la présence des produits de pays africains sur les marchés mondiaux, ne dépassant pas 2 à 3% du volume global des échanges en 2018, et le manque de présence sur le sol même de leur propre continent, avec 16% d’échanges seulement entre les pays africains, démontre en fait de l’état de faiblesse de l’industrialisation de l’Afrique et le manque flagrant en matière de création de la plus value dans ses économies, tant que le schéma dans lequel ces pays ont évolué est celui tracé par les sociétés multinationales servant les grandes puissances économiques au monde, et ce, à travers ce qu’on peut qualifier de pillage des ressources qui ont permis à ces puissantes multinationales de maximiser leurs profits.

D’une autre part, la crainte soulevée par des pays africains qui n’ont pas adhéré à cette initiative commerciale, et à leur tête le Nigéria, a une relation avec le risque de perte des industries de leurs pays de leurs parts de marchés, et leur démantèlement par la suite, et ce, sous le coup fatal, que les multinationales existantes dans un nombre de pays africains pourront leur assigner, en se basant sur une stratégie de dumping. Cette attitude commerciale aura des répercussions négatives en termes, d’empêchement de toute ambition d’industrialisation et d’intégration économique africaines, et privilégier ainsi le schéma d’un développement non équilibré, avantageant des pays sur d’autres, pourtant l’objectif affiché dans ce genre d’initiatives commerciales est le renforcement des échanges en commerce, en investissement et en main- d’œuvre, dans une logique de mobilité soutenue pour le bien des secteurs productifs en Afrique.

Cet état de fait s’alimente du mode de gouvernance des pays africains, qui, dans beaucoup de cas, privilégie les intérêts de forces externes, et en particulier ceux des pays anciens colonisateurs, ce qui a consacré la mainmise sur les richesses du continent. Comme il y a lieu aussi de soulever le problème du manque d’infrastructures dans les pays africains, ce qui limiterait le développement même des échanges. En tout état de cause, tout porte à croire, que la responsabilité incombe aux dirigeants du continent à mettre en œuvre une vraie politique de construction et de défense des intérêts de leurs pays, dans le souci de réussir cette grande initiative de libre-échange.

Abdelkader Mechdal

Economiste


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/lechiffr/public_html/templates/yoo_luna/html/com_k2/templates/default/item.php on line 276
Dernière modification le vendredi, 31 mai 2019 19:03

A LIRE AUSSI..

Des réussites malgré les entraves réglementaires

Pénétration des marchés extérieurs par les entreprises algériennes

Des réussites malgré les entraves réglementaires

Djellab fait le point

Ramadhan, permanence de l'Aïd et saison estivale

Djellab fait le point