Urgence de rétablir la confiance entre les différents acteurs
15 Jui 2019
Partager

Relance économique en Algérie

Urgence de rétablir la confiance entre les différents acteurs

Par: 
Lu 288 fois

La situation économique de notre pays est préoccupante. Des experts et chefs d’entreprise ne cessent de tirer la sonnette d’alarme, tout en appelant à la mise en place de mécanismes et réformes nécessaires pour une économie de marché forte, créatrice de richesses (emplois et valeurs ajoutées).


Par Zahir R.

Toutefois, la relance de notre économie, dominée jusqu’à 98% par la rente pétrolière, nécessite et en urgence le rétablissement de la confiance entre tous les acteurs du monde économique. Pour le consultant en développement économique, Abderrahmane Hadef, la confiance est le chaînon manquant de notre système économique. D’ailleurs, indique-t-il dans une contribution publiée sur son réseau social «Facebook»,  l’opacité et le manque de confiance sont les maîtres mots dans la sphère économique.

L’ancien président de la chambre du commerce du Titteri (Médéa) a mis en garde sur les risques «majeurs» de la récession économique. «Tous les indicateurs sont au rouge avec une réelle tendance de régression. La récession s’installe progressivement avec tous les risques qu'elle peut engendrer sur le front social. La communauté d'affaires reste dans l'expectative d'où le recul si ce n'est l'arrêt carrément des investissements considérés comme le moteur de toute économie», a-t-il alerté.

Cette situation, signale-t-il, impose à tous les acteurs (pouvoirs publics, patronats, syndicats etc.) «beaucoup de sagesse et d'intelligence collective pour gérer cette transition à travers un pacte qui mettra les jalons d'un nouveau modèle économique explicite basé sur une vision et des objectifs clairement définis loin de toute démagogie populiste».

À cet effet, il est plus qu'urgent, estime-t-il, de rétablir la confiance entre l'ensemble des acteurs du monde national pour enclencher une reprise et une relance économique efficiente basée sur la performance et le mérite. « La situation nous impose à avoir beaucoup de sagesse et d’intelligence collective afin de relancer la machine économique», a plaidé M. Hadef.

Il a recommandé, notamment, de libérer l’initiative, qui est un élément clé pour donner la chance au plus grand nombre d’entrepreneurs de réussir, la décentralisation de décision, et la relance du projet de cartographie économique initié par la Chambre de commerce et d’industrie (Caci).

Elle  est considérée comme étant une plateforme de business intelligence visant à la démocratisation d’accès à l’information pour l’ensemble des intervenants dans le monde économique et également un outil d’aide à la décision d’une extrême utilité.

À cela s’ajoutent, la nécessité de promouvoir, encourager et faciliter l’investissement productif afin de créer la richesse et des millions d’emplois pour les jeunes qui «soufrent tellement et qui ne voient aucune issue à cette morosité économique», dira pour sa part Mohamed Sayoud, conseiller à l’investissement. Il a également recommandé la création de zones industrielles clés en main. «C’est avec cette manière qu’on mettra un terme au problème du foncier industriel», a-t-il appuyé. Pour cet expert, l’investissement, c’est le poumon économique.  «Encourager et faciliter l’investissement afin d’avoir une économie forte et un DA fort est l’unique piste pour mettre un terme à la spéculation, la surfacturation et la vente illicite des devises», indique-t-il.

Par ailleurs, l’Algérie, qui fait face à une période de transition politique «difficile», pourrait s’inspirer des modèles réussis à travers le monde, notamment des pays de l’Europe centrale et du Chili, ayant réussi leurs passages d’un modèle socialiste à l’économie libre. Lors d’une conférence-débat organisée par le cercle de réflexion, Care, des experts de la Hongrie, de la Pologne et la Tchéquie, avaient affirmé que le processus de transition est long, complexe et difficile. Malgré les défis colossaux qu’impose le passage de l’économie planifiée à l’économie de marché, le processus de transition dans ces pays a fini par aboutir à un développement économique remarquable.  

Dernière modification le samedi, 15 juin 2019 22:35
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

La Chine alimente l’essentiel du déficit commercial de l’Algérie

L’effet attendu de la compression des importations anéanti par la faiblesse des exportations

La Chine alimente l’essentiel du déficit commercial de l’Algérie

La  FAO accompagnera financièrement l’Algérie

Stratégie nationale de la mécanisation 

La FAO accompagnera financièrement l’Algérie