Le gouvernement doit faire barrage aux transactions les moins avantageuses
07 Juil 2019
Partager

Protection de l'économie nationale

Le gouvernement doit faire barrage aux transactions les moins avantageuses

Par:  Abdelkader Mechdal
Lu 379 fois

Dans leur recherche pressante à diminuer la facture d'importation, les autorités publiques font dans le traitement des dossiers des facilitations déjà accordées, en vue de les revoir à la baisse, ou carrément à leur annulation pure et simple, ce qui affecte les équilibres financiers et d'activité courante des opérateurs touchés par ces nouvelles mesures. Dans ce cadre, il y a lieu de revoir la copie de cette nouvelle intervention des autorités pour convaincre de la bonne conduite dans cette recherche à limiter la sortie des devises.


Les pouvoirs publics se félicitent des résultats obtenus jusque-là de l'application des restrictions des opérations d'importation, après avoir désigné les segments concernés par la procédure, et ce, en avançant le chiffre de quelque 400 millions de dollars US d'économies, ce qui est considéré comme la tenue à prendre pour préserver ce qui reste des réserves de change en épuisement permanent. Si le résultat lui-même, en le prenant dans l'absolu, démontre que des compressions peuvent être appliquées dans le sens de protéger l'économie nationale, ce qui est observé, est que la politique prônée par le gouvernement d'avant le «Hirak» a été mise en cause puisque les facilités agréées dans le cadre du montage industriel par exemple sont devenues une cible pour freiner la tendance à importer pour une soi-disant industrie naissante. 

Le résultat le plus significatif dans cette conduite est l'échec total d'une intervention publique non étudiée, qui a poussé des opérateurs à l'engagement dans le domaine du montage, et qui vont juste après l'installation des moyens de production, à tout arrêter, ce qui veut dire l'annulation de leurs commandes et contrats, et leur mise en faillite. D'ailleurs, même des fleurons de l'industrie publique ont dû s'adapter avec les facilitations publiques accordées, et se retrouvent actuellement dans l'obligation de renoncer à leur plan d'extension déjà mis à exécution, ce qui se répercute en pertes sèches dans des entreprises qui devront justifier ce résultat au détenteur de l'entreprise, qui n'est que l'Etat.

D'une autre part, il y a lieu de se demander de l'efficacité attendue de la cellule de veille interministérielle qui doit proposer des alternatives quant à l'importation des biens industriels ou agricoles, pour l'appui de l'effort à consentir pour minimiser la valeur des importations. Là, il faut remarquer aussi que les autorités publiques sont dans l'obligation de veiller à la protection de l'économie nationale, en ayant à l'esprit de faire barrage aux opérations d'achat de l'étranger, dans des conditions moins avantageuses, en ayant éliminé l'idée de diversification des approvisionnements, ce qui maintient le marché algérien comme une chasse gardée au profit de certains fournisseurs présentant une source certaine, de gaspillage des devises.   

Abdelkader Mechdal

Economiste

Dernière modification le dimanche, 07 juillet 2019 20:49

A LIRE AUSSI..

Renault Scénic

Portrait

Renault Scénic

Les autorités veulent éviter les conditionnalités multilatérales

Recours à l’aide du FMI et de la Banque mondiale

Les autorités veulent éviter les conditionnalités multilatérales

Forte participation nationale à la 10e édition

Salon des énergies renouvelables d'Oran

Forte participation nationale à la 10e édition

Un gain annuel de 10 milliards de centimes

Application de la taxe sur la fortune

Un gain annuel de 10 milliards de centimes