Stagnation des salaires et l'incertitude quant à l'avenir sont en cause

Le moral des consommateurs affecté par l'évolution de la situation du pays

Par: 
Lu 129 fois

Si on se réfère à des impressions collectées auprès des opérateurs exerçant dans le commerce de gros, la demande de consommation des produits directs a reculé sur le marché national, ce qui constitue une réaction aux développements que connaît toute l'économie qui pousse les consommateurs à mettre plus de réserve quant à leur décision d'achat et de consommation.


Par Abdelkader Mechdal Economiste    

Tout se joue sur le moral. Le comportement, des consommateurs, qui a ce penchant personnel dans la prise de décision pour consommer ou pas, prend en considération des éléments objectifs, concernant l'évolution de leurs revenus et celle des prix sur le marché. Pour le premier élément, il y a lieu de remarquer la stagnation des salaires de la classe moyenne, qui est due à la mauvaise performance des finances publiques, source d'alimentation de toute augmentation des revenus dans le secteur public. Mais il y a aussi, cette situation d'attente observée par les opérateurs du secteur privé, qui font leurs calculs en relation avec les perspectives d'évolution du climat entourant leurs activités, enveloppé actuellement par l'incertitude, ce qui aura comme conséquence de geler toute révision de salaire et l'embauche se répercutant sur le pouvoir d'achat des salariés. 

En tous les cas, que ça soit dans le public ou le privé, l'évolution possible est que les salariés vont confronter un taux d'inflation réel positif approchant les 10% pour l'essentiel de leur consommation en produits frais. Là, il y a lieu de rappeler que dans les catégories de gens qui connaissent des niveaux de salaires bas, la dépense de consommation destinée aux produits directs, produits alimentaires et produits frais, absorbe l'essentiel du revenu des consommateurs. Ce niveau est estimé par l'Office national des statistiques (ONS) dans une étude menée par ses services à 42%,  ce qui rend vulnérables les consommateurs à faible salaire par rapport à l'évolution des prix et de l'inflation. 

Mais pour les observateurs les plus avérés, il n'y a pas que ça, puisque d'autres éléments d'ordre subjectif peuvent expliquer cette tendance à la compression volontaire de la consommation. C'est vrai que la période actuelle est une période de vacances qui va coïncider avec la fête de l'Aïd El-Adha attendue au mois prochain, lui-même tout proche de la rentrée scolaire de septembre, ce qui alourdit le niveau de dépense attendue pour les trois mois en cours. Le rassemblement de tous ces éléments est de nature à pousser les salariés à réviser leur consommation courante vers la baisse. 

D'une autre part, l'élément le plus significatif à moyen et long terme, affectant la décision de consommer, est celui en relation avec l'évolution de l'économie nationale. Dans ce cas de figure, les difficultés de la relance, les informations concernant les difficultés que rencontre la finance publique, les poursuites judiciaires contre des patrons et responsables d'entreprises économiques, et puis l'état d'attente quant à l'engagement de la nouvelle République, qui tarde à se concrétiser, dans une réforme sérieuse du modèle économique du pays, tous ces éléments laissent craindre que l'aboutissement de la situation pourrait prendre du temps, ce qui affecte négativement le moral des consommateurs, et de fait, préférer le report de la décision de consommer par précaution de faire face à un avenir incertain.

Dernière modification le mardi, 09 juillet 2019 20:31
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

l’Algérie sacrée championne d’Afrique pour la 2e fois

CAN-2019 / Algérie-Sénégal

l’Algérie sacrée championne d’Afrique pour la 2e fois

L'arbitre Gomes remplacé par le Camerounais Alioum Alioum

CAN-2019 / Algérie-Sénégal

L'arbitre Gomes remplacé par le Camerounais Alioum Alioum

Les pouvoirs publics en obligation de réformer toute l’économie

Déséquilibre financier du système de la sécurité sociale

Les pouvoirs publics en obligation de réformer toute l’économie

Saïd Djellab s’attaque aux fraudeurs

Filière céréalière

Saïd Djellab s’attaque aux fraudeurs