Le financement par les projets pour dépasser la crise de la finance de l’Etat
27 Juil 2019
Partager

Grands groupes publics

Le financement par les projets pour dépasser la crise de la finance de l’Etat

Par:  Abdelkader Mechdal
Lu 692 fois

Le recours des grands groupes publics à l’endettement extérieur est un acte purement économique et opportun, d’une part qu’il va garantir le financement du développement de leurs activités et d’autre part qu’il va permettre de s’associer avec des partenaires technologiques en vue de bénéficier d’un accompagnement technique en relation avec le plan d’expansion mis en application. Cet acte est vital pour le groupe, mais aussi pour la prise en charge de la demande interne en évolution continue.

La solution, qui est de recourir à des crédits internationaux pour assurer un financement ciblé au profit des grands groupes publics, à l’instar de Sonatrach, Sonelgaz, Algérie Télécom et autres, vient pour faire sortir ces grandes sociétés de la logique d’épuiser dans les moyens financiers de l’Etat, pour celle du marché, la plus adaptée pour assurer la pérennité de l’activité et son amélioration dans des domaines caractérisés par des changements technologiques et concurrentiels. 

Dans le contexte actuel de la crise que connaît la finance publique, qui fait que, les comptes des entreprises de l’Etat les plus stratégiques sont menacés de déséquilibre suite au manque d’efficacité de la gestion de leurs portefeuilles, en relation avec leurs plans de développement. D’une part, il y a la partie dinar, qui souffre d’un niveau élevé des créances de ces entreprises envers leurs clients pour certaines d’elles, mais aussi à cause de la politique publique qui consiste à déterminer les prix et tarifs de leurs produits et prestations administrativement, dans le cadre de l’application de l’aide publique à la consommation, ce qui affecte directement les équilibres financiers de ces entités étatiques.

Pour la partie devises, qui est d’importance primordiale pour financer l’achat du matériel et des procédés technologiques, elle rencontre des difficultés encore plus complexes, vu que les plans de développement des activités des grands groupes est estimée à plusieurs dizaines de dollars, comme pour Sonatrach qui a besoin de 10 milliards de dollars US par an, ce qui dépasse la capacité même des réserves de change de l’Etat, laissant croire que la solution ne peut venir que du marché, c'est-à-dire recourir à l’emprunt bancaire qu’il soit national ou international.

Les capacités de financement par les banques nationales restent limitées, puisque les transactions à l’international sont des plus importantes pour la réalisation des plans de développement, ce qui mène à recourir à un financement international, selon des montages financiers bien précis. Là, il faut insister sur l’importance de la constitution des garanties à l’occasion de la conclusion des crédits avec les banques étrangères, en recourant aux capacités de ces mêmes groupes à rembourser, et non de celles de l’Etat détenteur des entités économiques. Ce genre de financement par le projet lui-même épargne tout engagement de l’Etat pour garantir le remboursement selon les échéances contractées avec les banques étrangères, ce qui constitue une opportunité certaine aux grands groupes publics à dépasser les situations de crise de la finance de l’Etat.

Par Abdelkader Mechdal Economiste      

Dernière modification le samedi, 27 juillet 2019 20:48

A LIRE AUSSI..