Méfiance quant à la bonne exécution des contrats publics
08 Sep 2019
Partager

Suite aux difficultés de recouvrer les créances dues sur l’Etat

Méfiance quant à la bonne exécution des contrats publics

Par:  Abdelkader Mechdal
Lu 175 fois

La perte de postes d’emploi constatée dans des secteurs clés de l’économie nationale témoigne de la difficile conjoncture que traverse le pays, qui fait que les entreprises qui ont pris en charge la commande publique pendant les dernières années, rencontrent actuellement des contraintes quant au recouvrement de leurs créances, et ce, malgré l’intervention à travers la planche à billets pour faire face aux échéances de paiement de la dette publique.


Par Abdelkader Mechdal, économiste

Effectivement, beaucoup d’entreprises qui ont pu s’investir dans la réalisation des grands projets de l’Etat, surtout dans le domaine du bâtiment et des travaux publics, ont dû revoir leurs engagements suite aux difficultés qu’elles rencontrent pour recouvrer leurs créances chez les instances publiques, ce qui les a menés à réduire le volume de leur activité et, de là, la compression de leurs effectifs dans une procédure visant à maîtriser leurs charges. Cette situation délicate s’est accentuée il y a plus de deux ans déjà, ce qui a poussé les pouvoirs publics à des solutions surréalistes en procédant à la création monétaire dans une intervention qui visait à payer les dettes arrivées à échéance. Mais, malgré cette solution, qui a été appliquée dès la fin de 2017, beaucoup d’entreprises du secteur privé ont vu leur activité diminuer et, de fait, revu à la baisse leur engagement sur le marché national.

Les chiffres cumulés concernant le licenciement de la main-d’œuvre donnent le frisson : pas moins de 275.000 travailleurs ont perdu leur emploi depuis 2017, ce qui représente plus que 21% du total des effectifs du BTPH, ce qui est énorme en soi. La situation s’est aggravée avec le passage de l’économie nationale à cette période d’incertitudes qui cultive la méfiance quant à la tenue et la bonne exécution des contrats, surtout après la période de gel des avoirs des entreprises qui ont satisfait la commande publique et qui se trouvent dans des situations où leurs détenteurs sont poursuivis par la justice et les autres qui trouvent du mal à récupérer leurs dus devant une administration publique rigide, créant ainsi des difficultés supplémentaires pour un retour à l’investissement.

Le problème posé dans le secteur de la construction et des travaux publics est lié à des pratiques héritées de l’ancienne ère, qui faisait que ce secteur stratégique, en termes d’emplois et de chiffre d’affaires, a bénéficié à des entreprises qui ont eu une part de marché par le biais de la procédure de gré-à-gré et que le recours excessif aux prestations des bureaux d’études étrangers pour assurer le suivi des projets a mis à mal la diversification des intervenants nationaux dans le domaine et fait en sorte qu’un nombre de plus en plus important d’entreprises renoncent à leur activité dans l’attente d’une issue bien promise par les nouvelles autorités du pays à remédier à ces incohérences afin d’augmenter la croissance et éliminer les entraves qui la freinent.

Dernière modification le dimanche, 08 septembre 2019 21:12

A LIRE AUSSI..

Le gouvernement veut effacer les erreurs dues à la création monétaire

Le financement non conventionnel considéré comme un danger pour le pays

Le gouvernement veut effacer les erreurs dues à la création monétaire

Loukal : «Pas d’impact sur le citoyen»

Révision à la hausse de la TVA dans le PLF 2020 

Loukal : «Pas d’impact sur le citoyen»

Une feuille de route sera lancée début octobre

Economie circulaire 

Une feuille de route sera lancée début octobre

Abdelaziz Belaïd annonce sa candidature depuis Tamanrasset

Présidentielle du 12 décembre

Abdelaziz Belaïd annonce sa candidature depuis Tamanrasset