L’Algérie renforce sa diplomatie économique
07 Oct 2019
Partager

Promotion des exportations hors hydrocarbures 

L’Algérie renforce sa diplomatie économique

Par: 
Lu 71 fois

Afin d’accompagner la nouvelle stratégie de l’Algérie dans le commerce extérieur, le gouvernement accorde un intérêt particulier à la diplomatie économique. Des réseaux diplomatiques seront bientôt créés afin d’accompagner la nouvelle vision économique de l’Algérie, à savoir conquérir des marchés dans le continent africain notamment.

Par Zahir R.

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a affirmé, hier à Alger, que de nouveaux mécanismes seront mis en place dans le but de promouvoir l’image de l’Algérie sur le plan économique et sur le climat des affaires.

S’exprimant à l’ouverture d’une conférence nationale sur  les enjeux de la Zone de libre- échange commercial africain (ZLECAf), le chef de la diplomatie algérienne a expliqué que «l’adhésion de notre pays à cet espace commercial est un choix stratégique, qui devrait sans nul doute participer à la promotion de nos exportations hors hydrocarbures». Il a, en outre, appelé à une synergie entre les différents acteurs afin d’atteindre les résultats escomptés.

« Notre adhésion à la ZLECAf nécessite la coopération de tous les opérateurs économiques, services de douanes et autres. Notre département aura un rôle important à jouer dans la dynamisation de notre commerce extérieur», a-t-il souligné. Il est à noter dans ce cadre que l’Algérie est un acteur important dans le continent africain, notamment dans le domaine politique. Toutefois, ce poids politique n’a pas été utilisé, efficacement dans le domaine économique, d’ailleurs les échanges commerciaux entre l’Algérie et le reste des pays du continent demeurent faibles.

Pour sa part, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a indiqué qu’avec l’entrée en vigueur de la ZLECAf en juillet 2020, «les échanges commerciaux interafricains devraient s’accroître davantage et atteindre les 35 milliards de dollars, soit un taux de croissance de 52%.

Intervenant à l'ouverture de cette conférence, M. Djellab a souligné que «cette rencontre, qui permettra sans doute, de faire connaître davantage les ambitieux objectifs recherchés de cette Zone de libre- échange, qui consistent à promouvoir le développement du potentiel économique africain et de contribuer ainsi à l’intensification du commerce intra-africain et au développement de nos économies respectives et la prospérité de nos peuples». Il a rappelé que cet espace constitue un marché de 1,2 milliard de personnes et un produit intérieur brut combiné de 2500 milliards de dollars, ainsi qu'un potentiel commercial estimé à plus de 3 000 milliards de dollars.

À cet effet, et dans le but de décrocher une part de ce marché important, le gouvernement a mis en place une nouvelle stratégie, à travers la prise en charge de certains points qui entravent l’opération d’exportation, en particulier la logistique. M. Djellab a annoncé la création prochainement de zones économiques spéciales dans les espaces frontaliers du Grand Sud. «Dans le but notamment de mettre en valeur la diversification du tissu industriel national, le gouvernement algérien prévoit la mise en place de zones économiques spéciales dans les espaces frontaliers du Grand Sud algérien pour faire de ces régions un point d’intégration économique africaine», a-t-il indiqué.

Dernière modification le lundi, 07 octobre 2019 20:46
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

Les compagnies internationales préfèrent investir dans le schiste

L’exploration pétrolière en chute historique dans le monde

Les compagnies internationales préfèrent investir dans le schiste

Résiliation de plus de 500 actes de concession

Investissement à Constantine et Annaba  

Résiliation de plus de 500 actes de concession

Clôture de l’opération

Révision du fichier électoral 

Clôture de l’opération