Prix du baril de pétrole

La décision de Donald Trump de tarir les exportations iraniennes affole le marché

Par: 
Lu 92 fois

Après un long week-end calme en raison des fêtes chrétiennes pascales, la décision du président américain de ne pas renouveler les exemptions qui ont permis à huit pays des continuer d’exporter du pétrole iranien, ne leur sera pas accordée.

La décision du président américain est ferme, il veut de cette manière assécher complètement la production pétrolière de ce pays dans la mire des Etats-Unis depuis la décision de se retirer des accords sur le nucléaire en 2015. Ces exemptions, qui arriveront à terme en principe le 1er mai, ne seront pas renouvelées, a annoncé la Maison-Blanche, espérant mettre ainsi à genoux l’économie iranienne en réduisant à néant ses exportations pétrolières la privant ainsi de sa principale rentrée de ressources en devise forte.

Qu’à cela ne tienne, la réponse de Téhéran n’a pas tardé à se faire savoir. Washington ne parviendra pas à ses fins et Téhéran menace de bloquer le détroit  d’Ormuz par lequel transite une grande partie du brut mondiale. A Téhéran et selon l’agence, des sources du ministère du Pétrole ont assuré à l’agence Tasnim que les Etats-Unis ne parviendront pas à mettre fin aux exportations du pétrole iranien et ne pourront pas réduire à zéro la production iranienne.

Seuls les Iraniens ont ce pouvoir de décider. Le commandant de la marine des gardiens de la révolution, l’unité d’élite de l’armée iranienne, a menacé de son côté de bloquer le détroit d’Ormuz si l Iran n’est plus autorise à y faire transiter son pétrole.

 Il faut savoir que les huit pays ayant bénéficié d’une exemption de la part des Etats-Unis, qui leur a permis d’importer du pétrole iranien sont la Chine, l’Inde, la Corée du Sud, la Turquie, le Japon, Taiwan, la Grèce et l’Italie. Aucune dispense ne sera délivrée, a affirmé la Maison-Blanche par la voix de Mike Pompeo, son secrétaire d’Etat qui précise que l’ Arabie Saoudite ainsi que les Emirats arabes unis se sont engagés à compenser la différence de production de pétrole, a pour sa part assuré le Président Donald Trump sur son compte Twitter.

Cette annonce, comme il fallait s’y attendre, a fait automatiquement grimper les prix du baril de pétrole Le Brent de la mer du Nord, référence du marché mondial, a gagné, lundi, 2,75% à 73, 95 dollars le baril après avoir atteint les 74,31 dollars.    .

Slimane Naila / Agences

 

Dernière modification le mardi, 23 avril 2019 21:30
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

Incarcération du DG du Centre hospitalo-universitaire de Sétif

Pour dilapidation des deniers publics

Incarcération du DG du Centre hospitalo-universitaire de Sétif

L’activité hôtelière en chute libre

En raison de la crise politique en Algérie

L’activité hôtelière en chute libre

Vers l'adoption d'une nouvelle stratégie

Ecole supérieure de la sécurité sociale

Vers l'adoption d'une nouvelle stratégie

77 lettres d'intention déposées

Candidatures à la présidentielle du 4 juillet

77 lettres d'intention déposées