Nouvelle aérogare d’Alger

Une structure en mal d’accompagnement

Par:  Réda Hadi
Lu 1459 fois

Inaugurée en grande pompe par le ministre des Travaux publics et des Transports, Mustapha Kouraba, la nouvelle aérogare d’Alger souffre déjà de la précipitation de son inauguration. Une inauguration qui, faut-il le rappeler, a été à plusieurs reprises reportée. Certes, il est clair que la mise en service de cette aérogare se fera par étape, selon le PDG de l’Entreprise de gestion des services aéroportuaires (EGSA), Tahar Allache, mais rien n’empêche déjà à cacher les insuffisances constatées sur place.


Par Réda Hadi

Si l’ensemble fait partie de ce qui est déjà appelé un joyau architectural, les halls sont pour l’instant démunis de services. Aucune cafétéria, et encore moins un quelconque endroit pour se rafraîchir à la descente d’avion. Des halls dépourvus de toutes commodités d’attente, ce qui a fait ironiser certains voyageurs, qui se sont demandé pourquoi une telle précipitation pour l’inauguration, alors que les services de base ne sont pas encore assurés.

D’autres ont précisé aussi connaître l’itinéraire du ministre lors de l’inauguration. «Il n’y a qu’à voir  les finitions sur certaines parties de l’aérogare, en comparaison avec d’autres qui ne figuraient pas sur le parcours ministériel», a lancé un voyageur qui cherchait vainement un siège où se reposer.

L’aérogare enfin réceptionnée répond plus à des attentes conjoncturelles politiques. L’inauguration hâtive fera-t-elle oublier les manquements relevés ?

Rien n’est moins sûr, et cela est d’autant plus vrai que de telles situations ont été vécues auparavant.

Personne ne peut oublier les travaux entrepris (badigeonnage des façades, nettoyage des rues …..), à la veille de la visite d’un ministre ou du président de la République dans un lieu.

C’est la même logique. Tout entreprendre pour faire croire que le travail a été bien accompli. Qu’importe la qualité, pourvu qu’on ait l’image

Toutefois dans ce cas précis de la nouvelle aérogare, l’image que peut donner cette structure, au-delà des mots pompeux qui la vantent, est négative.

C’est un hall vide, sans structure d’accompagnement qui accueille les étrangers. Comme moyen de communication pour vendre la destination Algérie, on peut trouver mieux.

L’aérogare est la vitrine de notre pays. Et à l’état actuel, c’est comme si on entrait dans un magasin pour faire des achats, alors que celui-ci est vide.

Les décideurs de cette inauguration n’ont vu que le respect des délais. Dans ce cas là, pourquoi ne pas renforcer les équipes pour terminer dans les délais fixés ? La question reste posée.

Dans l’attente que la question des services d’accompagnement soit définitivement réglée, la nouvelle aérogare reste pour le moment, cette coquille vide de toutes activités commerciales (et autres) qui sont la sève de tous les aéroports dans le monde.

Dernière modification le mercredi, 01 mai 2019 23:20

A LIRE AUSSI..

La nouvelle loi sur les hydrocarbures sera-t-elle reportée?

Investissements énergétiques en Algérie

La nouvelle loi sur les hydrocarbures sera-t-elle reportée?

Le pétrole repart à la hausse après ses plus fortes pertes de l’année 2019

Le marché connaît une grande agitation due à la pression américaine

Le pétrole repart à la hausse après ses plus fortes pertes de l’année 2019