Une réflexion engagée par le ministère du Travail

Vers la révision du système de retraite

Par: 
Lu 385 fois

En dépit de l’effort consenti par les pouvoirs publics pour la préservation de la situation financière de la Caisse nationale de retraites (CNR), cette dernière se trouve dans une situation critique avec un déficit avoisinant les 600 milliards de DA.

Avec la crise financière, à laquelle fait face l’Algérie ces derniers années, l’alimentation de cette Caisse, assurant les pensions pour plus de 3 millions de retraités, devient pratiquement «impossible», d’où la nécessité d’engager une réflexion afin de trouver des solutions «idoines» et mettre la Caisse à «l’abri».


Par Zahir R.

Conscient de cette situation inquiétante, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam, a annoncé, ce jeudi à Alger, le lancement d’un débat général et sociétal sans exclusion pour trouver les meilleures solutions à cette problématique de financement».

S’exprimant lors d’une rencontre nationale des directeurs de wilaya de la CNR, placée sous le thème: «Le renouveau managérial de la CNR», le ministre a fait savoir que «des ateliers de réflexion sont mis œuvre pour l’élaboration de propositions et de solutions liées notamment aux équilibres financiers, à la rationalisation des dépenses et au renouvellement de la gestion de la CNR, afin d'introduire des réformes et améliorer ce système».

Ces propositions, qui «font l'objet d'évaluation et d'enrichissement par les spécialistes et les experts du secteur  «feront prochainement l'objet d'un large débat regroupant tous les partenaires économiques et sociaux ainsi que les différentes parties concernées sans exclusion dans le cadre de la concertation et du dialogue», a-t-il déclaré.

M Haddam a, toutefois, rassuré les bénéficiaires, en indiquant que «l’Etat n'abandonnera jamais ses retraités et qu’il déploiera tous les moyens nécessaires pour assurer la pérennité de la Caisse».

Et d’ajouter : «Pour faire face à cette situation inquiétante que vit la Caisse, il est important que tous les partenaires sociaux, économiques et les citoyens aux cotés des institutions de l’Etat fédèrent leur efforts. L’objectif étant de mettre la CNR hors du danger».

Le système national des retraites «fait face, depuis des années, à des difficultés financières dues à plusieurs facteurs objectifs et autres structurels, à l'instar de la faible croissance des revenus de cotisations, particulièrement durant la période allant de 2015 à 2018, de l'augmentation constante des dépenses avec un taux de croissance annuel estimé à 18% entre 2010 et 2018, et en raison de la revalorisation annuelle des avantages de retraite, qui a fait augmenter la moyenne des pensions de 80% durant la période  2010 - 2018, l'augmentation des salaires à partir de 2012 et le départ massif en retraite anticipée», a-t-il souligné.

«Pour préserver la pérennité du système des retraites, les pouvoirs publics se sont engagées à garantir le versement des pensions de retraites quelles que soient les conditions, en dépit des difficultés financières ayant touché le Trésor public ces dernières années», a rappelé M. Haddam.

A ce propos, le ministre a mis en avant l'attachement de l’Etat à accompagner la CNR  à travers une série de mesures, notamment l'affectation de 500 milliards de DA du budget de l’Etat à la couverture des pensions de retraite au titre de l’exercice 2018, un crédit à long terme accordé par le Fonds national d’investissement (FNI) au titre de l’exercice 2019, ainsi que l’introduction d’une taxe douanière de l'ordre 1%, au titre de contribution de solidarité, applicable aux opérations d’importation de produits destinés à la consommation en Algérie.

Des instructions ont été données pour assainir la situation de la ressource humaines et de veiller à la rationalisation des dépenses et à la bonne gouvernance, à travers l’introduction de nouvelles technologies (TIC), mais aussi de mettre en place de nouveaux mécanismes à même de renforcer le contrôle interne de la gestion administrative, financière et comptable.

Pour sa part, le directeur général de la CNR, Slimane Melouka, a indiqué que «le nombre des retraités a atteint à fin avril 2019, les 3,2 millions contre 2,6 millions fin 2014», précisant que les dépenses annuelles de la CNR en la matière «sont passées de 803 milliards DA en 2014 à 1,282 milliard de DA fin 2018».

Dernière modification le vendredi, 10 mai 2019 17:51
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

La nouvelle loi sur les hydrocarbures sera-t-elle reportée?

Investissements énergétiques en Algérie

La nouvelle loi sur les hydrocarbures sera-t-elle reportée?

Le pétrole repart à la hausse après ses plus fortes pertes de l’année 2019

Le marché connaît une grande agitation due à la pression américaine

Le pétrole repart à la hausse après ses plus fortes pertes de l’année 2019