Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/lechiffr/public_html/components/com_k2/models/item.php on line 877
Lazhar Bounafaa

En raison de la crise politique en Algérie

L’activité hôtelière en chute libre

Par: 
Lu 400 fois
Rien ne va pas plus dans le secteur de l’hôtellerie. Depuis le début du «Hirak», les activités hôtelières ont régressé de 85% par rapport à la même période de l’année précédente (2018).  L’annonce a été faite par le PDG du groupe HTT (Hôtellerie, Tourisme, Thermalisme), Lazhar Bounafaa, qui s’exprimait ce jeudi sur les ondes de la Radio nationale « Chaîne III». 
Par Zahir R.
En effet, les hôtels enregistrent beaucoup d’annulation de réservations en ce qui concerne des événements économiques à cause de la situation politique du pays qui prévaut depuis maintenant plus de trois mois, à l’instar  «des annulations des réservations dans des hôtels de toutes les rencontres organisées jusqu’à fin décembre de l’année en cours. La situation est vraiment inquiétante. Un grand hôtel situé dans une grande ville, depuis un mois, a fait zéro client !», a déploré Lazhar Bounafaa, tout en avouant que la situation devient difficile pour les hôtels, que ce soit pour les secteurs public ou privé, en termes de capacités nationales.
Par ailleurs, le même responsable a reconnu que malgré le retard accusé dans le secteur du tourisme et le manque à gagner enregistré, la part du secteur dans le PIB (Produit intérieur brut) est estimée aujourd’hui à 2,5%, alors qu’elle était de 0,8% trois années auparavant.
Lazhar Bounafaa, qui a rejeté toute comparaison avec les pays voisins, arguant du fait que «chaque pays a son modèle», fait en outre savoir qu’en 2018 nous n’avons eu que 2 millions de «touristes», sachant que dans les pays voisins justement la moyenne est de 10 millions annuellement. Sur les 2 millions, près de 600 000 sont des Algériens résidant à l’étranger alors que pour le reste ce sont plutôt des visiteurs de pays voisins qui dans la plupart des cas arrivent le matin et repartent le soir.
Concernant la stratégie du gouvernement pour la relance du tourisme et diversifier l’économie nationale, l’invité de la Radio a fait savoir qu’un schéma directeur à l’horizon 2030 est en cours d’exécution. Il vise en premier lieu à parachever les 2 300 projets accrédités en cours de réalisation, pour une valeur de 2 milliards de dollars et ensuite établir une stratégie pour les mettre en valeur. À cet effet, « nous devons accorder plus d’importance à la formation de la ressource humaine durant les dix prochaines années. D’ailleurs, ce volet est le maillon faible du secteur qui recèle d’importantes opportunités. On doit accès nos efforts sur ce domaine si on veut réellement relancer notre tourisme», a préconisé le PDG du groupe HTT. Outre ce segment, ajoute-t-il «on doit également s’intéresser au management, tout en s’associant avec des sociétés étrangères possédant des réseaux à l’international».
Sur un autre registre, l’invité de la Radio a fait savoir que les opérateurs touristiques font face à un bon nombre de contraintes à l’investissement, notamment fiscales et bancaires. «En Algérie, le remboursement d’un crédit bancaire se fait dans 7 ans, alors qu’ailleurs, à l’instar de l’Egypte, la Turquie et la Grèce, le différé de remboursement est de 25 ans.  L’investissement touristique nécessite de sommes colossales», a-t-il dit. Il est à noter que l’Algérie possède un parc hôtelier de 1 369 hôtels d’une capacité d’accueil de 120 000 lits. 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/lechiffr/public_html/templates/yoo_luna/html/com_k2/templates/default/item.php on line 276
Dernière modification le vendredi, 24 mai 2019 18:32
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

Des réussites malgré les entraves réglementaires

Pénétration des marchés extérieurs par les entreprises algériennes

Des réussites malgré les entraves réglementaires

Djellab fait le point

Ramadhan, permanence de l'Aïd et saison estivale

Djellab fait le point