Gaspillage, absentéisme, le Ramadhan coûte cher à l'Algérie
25 Mai 2019
Partager

Le mois de tous les excès

Gaspillage, absentéisme, le Ramadhan coûte cher à l'Algérie

Par: 
Lu 212 fois

Ce mois sacré qui est appréhendé par les Algériens avec toute la ferveur qui lui est due, reste tout de même une période, où tous  les excès sont permis. Cette période censée être un mois de recueillement et de pensée à autrui est l’occasion pour s’adonner à toutes les dérives alimentaires, financières. C’est le mois aussi où l’on enregistre l’activité professionnelle la plais faible, dans une économie qui a déjà beaucoup de mal à sortir de sa léthargie.


Par Réda Hadi

L’absentéisme est un mal insidieux qui ronge doucement l’Algérie. Comment concilier les joies des soirées ramadhanesques très tardives, et le retour au labeur le lendemain ? La solution est vite trouvée. Prendre un  congé de maladie ou s’absenter, c’est selon les moyens.

Dans un pays où la productivité n’est pas essentiellement le credo des travailleurs, ces absences répétées coûtent cher.

En effet,  durant le mois de jeûne, l'Algérie tourne au ralenti. Absentéisme et sous-production coûtent cher à l'Etat.

Une situation jugée préoccupante par un chef d’entreprise qui affirme «j’ai fait mes calculs : on travaille un peu plus de 200 jours par an. On est le seul peuple qui a deux mois de congé annuels : les vacances d’été et le Ramadhan, en plus des jours fériés nationaux et religieux. A ce rythme, comment voulez-vous progresser et être compétitifs?

Durant le Ramadhan, la situation est encore plus compliquée et l’absentéisme revêt un caractère religieux.

Car durant le mois de Ramadhan —et c’est connu— l’Algérien, tout comme les jeûneurs des autres pays arabes, force peu sur la cadence, réduit ses horaires et sa capacité à produire de la plus-value et prétexte l’exercice de la foi pour suspendre ses usines. En règle générale, le crash annuel touche presque tous les secteurs : services, bâtiment, industrie, hôtellerie, etc. Rien n’est épargné, sauf le commerce. La surconsommation induite avec le rush sur les étalages et les boutiques fait le bonheur des commerçants —mais pas du reste de l’économie.

Combien coûte donc le Ramadhan à l’économie nationale ? Le sujet n’a jamais été évoqué officiellement. Ni par le gouvernement, ni par les organisations patronales, dont le plus puissant et le plus libéral en principe: le Forum des chefs d’entreprise (FCE).
La cause ? Le conservatisme rampant est devenu une doctrine d’Etat. On voit mal, sous la présidence d’un homme qui a lancé le projet d’une mosquée de plusieurs milliards d’euros et imposé l’appel à la prière à la télévision, des chefs d’entreprise demander des solutions contre l’absentéisme, la sous-production et les horaires réduits que suppose ce mois de jeûne.

Aucune étude sérieuse n’existe sur le sujet, du moins en Algérie. Pour avoir une idée plus au moins exhaustive de la situation, nous ne pouvons que nous en tenir aux perceptions et aux feed-back des chefs d’entreprise. Il semblerait en effet que d’une manière globale, la productivité aurait tendance à baisser durant le mois de Ramadhan, mais d’une manière beaucoup moins caricaturale qu’on ne pourrait le penser. Tout le monde s’accorde à dire que le rythme de travail est «plus calme». La tendance à la baisse d’activité serait surtout perceptible les deux dernières semaines de Ramadhan, certainement à cause du rythme des soirées et de la fatigue accumulée.

Notons notamment, que certains secteurs d’activité connaissent des pics d’activité durant le Ramadhan, nous pensons aux sociétés opérant dans le secteur de l’agroalimentaire ou les agences de publicité. Enfin, les opérateurs s’accordent également à dire que l’activité baisse nettement au sein des administrations durant le mois de Ramadhan, avec un impact qui semblerait significatif sur l’activité des entreprises.

LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

Vers un renforcement du partenariat privilégié

Tunisie-Union européenne

Vers un renforcement du partenariat privilégié

Makhloufi participera au 1500 m

Ligue de diamant/Meeting de Paris

Makhloufi participera au 1500 m

Nouvelle mobilisation estudiantine

Constantine  

Nouvelle mobilisation estudiantine

Le PDG de l’Anam incarcéré

En relation avec l’affaire Ali Haddad

Le PDG de l’Anam incarcéré

Les eaux souterraines, sources d’approvisionnement en eau potable

Les eaux souterraines, sources d’approvisionnement en eau potable

Les eaux souterraines, sources d’approvisionnement en eau potable