Une importante pénurie d’eau perdure à Tébessa
12 Aoû 2019
Partager

En dépit de cette saison caniculaire

Une importante pénurie d’eau perdure à Tébessa

Par:  Chahinez Djahnine
Lu 72 fois

La problématique récurrente de l’approvisionnement en eau potable demeure visible dans certaines localités de la wilaya de Tébessa. C’est le cas à Cheria, deuxième agglomération (100 mille âmes) de la wilaya.

C’est là où les habitants des plus anciennes citées de la ville sont sans eau depuis quelques semaines déjà. Avec des robinets à sec, des citoyens sevrés ont été poussés à s’approvisionner par citernes (1 200 dinars), d’autant que cette eau ne servira finalement qu’aux autres usages domestiques ; pour l’eau potable, il faut acquérir des bouteilles d’eau minérale, chose qui n’est pas à la portée de tout le monde.

Autre difficulté posée par les habitants concerne la carence ou absence du réseau d’assainissement et d’évacuation des eaux pluviales, où l’oued, traversant la ville de part en part, constitue à lui seul une source de risques permanents d’agents pathogènes.

En effet, l’alimentation en eau potable de la commune de Chéria, localité située à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Tébessa, demeure un casse-tête et un des points noirs pour les services de l'unité locale de l'ADE. Et ce, pour plusieurs raisons, d'un déficit chronique et des contraintes qui se résument ainsi, le tarissement des forages, un volume produit ne répondant pas aux besoins de la population, ajoutant à cela, le délabrement des canalisations de distribution en acier galvanisé et PVC. Autre entrave constatée par les services concernés, les constructions illicites érigées sur les réseaux. 

Jusqu'à 1999, Chéria était alimentée par 5 forages situés sur le territoire de la commune, soit 14 688 mètres cubes/jour, d'un débit global de 170 litres/seconde. Ces forages taris à la fin de 2006 connaîtront une baisse de leur niveau et puis leur arrêt définitif. Conséquence : la ville sera affectée durement en matière d'AEP. Le transfert d'Oum Khaled est donc venu à la rescousse, avec sa station de pompage dotée d'un réservoir de 500 mètres cubes, en sus de la station de pompage de Fidh El-Mahri, deux réservoirs de 500 mètres cubes chacun.

S’ajoute à cela la situation actuelle de pénurie dans l'approvisionnement de Chéria en eau potable, se caractérisant par un volume produit de 5 600 mètres cubes/jour, à partir de 3 forages à Chéria, même de 2.500 mètres cubes/jour d'un débit de 29 litres/ seconde, et de 3 autres puits à Oum Khaled, d'un débit de 36 litres/seconde, soit 3 100 mètres cubes/jour.

Ce volume de 5 600 mètres cubes/jour constitue un programme de distribution, alimentant 84 636 âmes, dont 20%, au rythme d'un jour sur quatre et 80% des habitants alimentés un jour sur six. Ce sont les explications fournies par l'entreprise de distribution, les citoyens eux continuent de manifester leur mécontentement tant que les robinets restent à sec. A noter que le problème de l'AEP, et en dépit de l'amélioration dans la distribution, occupe toujours une place centrale dans les programmes de développement local de la wilaya de Tébessa à travers les dotations financières allouées au secteur des ressources en eau. Afin de combler ce manque à gagner, les autorités centrales et de la wilaya recourent à la stratégie des transferts, en attendant la mise en service de certains ouvrages hydrauliques qui viendront peut-être atténuer quelque peu la crise de l'eau.

Chahinez Djahnine

 

A LIRE AUSSI..