Le pain et le lait introuvables
13 Aoû 2019
Partager

Permanences durant l’Aïd El-Adha

Le pain et le lait introuvables

Par: 
Lu 102 fois

Le programme de permanence établi pour les commerçants et boulangers durant la fête de l’Aïd El-Adha a été suivi à 98%, selon la Fédération algérienne des consommateurs (FAC), au premier jour de l’Aïd. Ses équipes déployées sur le terrain au niveau national assurent que la plupart des permanenciers réquisitionnés ont respecté le programme à 98% dès les premières heures de la journée.

«A 6h, 99% des 5 700 boulangeries étaient déjà à pied d’œuvre. Une partie de la production de pain a été vendue directement aux citoyens et l’autre confiée aux distributeurs», affirme le vice-président de la FAC, Mohamed Toumi. Les autres boulangers ont respecté aussi la permanence, mais n’ont pas produit de pain, selon lui. Ils ont triché, en fait. Ils ont exposé, sur les étalages, des baguettes de la veille. «En fait, ce pain est destiné aux contrôleurs», ironise-t-il. A propos des contrôleurs, il estime que le nombre réquisitionné, (2 122 à travers le pays) est loin d’être suffisant pour superviser de près les permanenciers. «La plupart sont des femmes et ne disposent pas de véhicules. Elles ne peuvent pas se déplacer dans ces conditions et faire le tour de tous les commerces», observe-t-il. Rappelant que près de 64.000 commerces ont été retenus pour la permanence, il a soutenu que ces derniers ont bien ouvert très tôt le matin mais fermé temporairement au moment de la prière de l’Aïd et durant le rituel du sacrifice du mouton. «Mais pas tous. On a même constaté que des commerçants, ne figurant pas sur la liste des permanenciers, ont ouvert de façon volontaire», relève-t-il. Il s’agit, d’après le représentant de l’Union générale des commerçants et artisans (UGCAA), Abdelkader Bouchrit, de propriétaires de commerce et non des locataires. «Cela ne les dérange pas d’ouvrir durant la fête de l’Aïd. Au contraire, ça leur apporte un plus. Ainsi, 99% des commerçants concernés ont suivi la permanence», relève-t-il. Toutefois, certaines boulangeries ont ouvert sans produire du pain à cause de l’absence de la main-d’œuvre durant l’Aïd, note-t-il. Ceux, qui ont assuré les fournées, ont fermé entre 10h et 11h du matin après avoir écoulé leur production. «En temps normal, déjà, les boulangeries ne produisent plus de pain après 13h», rappelle-t-il. Conséquence, dans certains quartiers de la capitale, le pain n’était plus disponible à la fin de la prière de l’Aïd, de même que le lait en sachet. «Les consommateurs ont toujours une fâcheuse tendance à voir grand. Ils continuent à acheter en abondance ces deux produits. Ils savent pourtant que la production est moins importante durant les fêtes de l’Aïd», déplore M. Toumi, qui souhaite par ailleurs que les vulcanisateurs soient inclus dans le système de permanence. En cas de problème avec un pneu durant l’Aïd, relève-t-il, le conducteur n’a pas où réparer sa roue. Dans le sud du pays, selon Bouchrit, la permanence est encore mieux respectée car les horaires ne sont pas les mêmes que ceux du Nord. On ouvre, en effet, très tôt le matin, puis le soir. «Mais d’une façon globale, on note une grande amélioration, d’année en année, en matière de permanence», conclut-il. M. Toumi a salué l’application «Aswak», mise en ligne, qui permet de savoir avec précision quels sont les commerces et boulangeries ouverts, dans chaque quartier, commune et wilaya. «On conseille vivement aux citoyens de télécharger cette application. Ils peuvent, grâce à elle, avoir accès aux commerces ouverts où qu’ils soient», indique-t-il.

Dernière modification le mardi, 13 août 2019 20:04
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..