Sonatrach s’implique
06 Sep 2019
Partager

Domaine minier

Sonatrach s’implique

Par:  Réda Hadi
Lu 781 fois

L’entreprise pétrolière compte s’investir dans le minier. Ce domaine intéresse le géant Africain qui compte exploiter ces ressources. S’exprimant sur les ondes de la radio nationale M.Hachichi estime que  ce domaine représente quelque « 1,5 millions de kilomètres carrés dont le conventionnel constitue 19% à parcourir encore ». Le PDG de la Sonatrach explique que sur « le reste de la superficie, il y a 3%  de pétrole et 79% de gaz non conventionnel ». La Sonatrach semble porter son dévolu sur les mines et ce d’autant plus que pour M.Hachichi « 3% de ce domaine (un chiffre qui parait minime) représente deux fois Hassi Messaoud. Pour le non conventionnel, il s’agit d’un potentiel récupérable avoisinant neuf fois la valeur de Hassi R’Mel exportable sur 150 ans ». M. Hachichi soutient que, « le potentiel est là, reste à savoir comment le développer, l’exploiter et le mettre en valeur en temps opportun». 


  Par Réda Hadi 

En dépit de la richesse du sous sol, le secteur minier est resté très peu productif, notamment, pour les substances utiles non métalliques telles que les phosphates, le sel, le marbre, et les minerais nobles dont l’Or.

L’invité de la radio algérienne n’a p as dévoilé les secteurs que compte investir la Sonatrach. Cependant, il semblerait évident que l’Or  d’Amesmassa et celui des mines de Tirk, dans le sud algérien ainsi que les phosphates notamment ceux de la mine de Ghardjbilat sont les produits phares à explorer et à développer. 

La dernière tentative de relever la production du phosphate date de 2018. Un accord de partenariat signé entre Sonatrach, Asmidal-Manal et les groupes chinois dirigés par la société Citic concerne la réalisation d’un projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et du gaz naturel des gisements de la région de Bled El Hadba. 

Accord avec l’Indonésie 

Dans le même sens, trois accords de partenariat signés entre le groupe indonésien Indorama et les groupes nationaux Asmidal et Manal représentant un investissement de 4,5 milliards de dollars US et qui atteindra les 5 milliards de dollars US avec la signature d’une quatrième joint-venture avec le groupe français Roullier. Ce partenariat devait générer près de 16.000 emplois dont 12.000 en phase de construction et 4.000 en exploitation. Mais ces accords sont restés lettres vaines à ce jour.

 Mais c’est surtout le gisement de Gara Djebilet qui intéresse les investisseurs étrangers. A ce jour, aucun  accord n’a été signé pour ce gisement et beaucoup d’observateurs affirment que ce gisement représente un intérêt stratégique dans la politique algérienne, et il reste conditionné à la Res politica.

S’agissant de l’exploitation aurifère, les potentialités sur  lesquelles peut s’adosser l’Algérie sont celles de Tirek et Amesmessa en attendant l’exploration d’autres gisements, tel que celui de Tiririne à  la frontière nigérienne. Pour ce dernier gisement, l’exploitation expérimentale a bien été entamée, mais vite abandonnée, à cause de problèmes d’infrastructures routières principalement. Des partenariats ont été noués mais ce sont vite révélés être de véritables fiasco.

Le cas de l’australien GMA et le canadien Cancor

Estimées à 100 tonnes, les réserves d’or en Algérie restent inexploitées et livrées à l’orpaillage Le manque de savoir faire a poussé les décideurs de l’époque à recourir aux services de partenaires étrangers, australiens et canadiens qui se sont révélés désastreux. Le cas de l’australien Gold mine algeria (GMA) et le canadien Cancor est le plus illustrant. Le litige est pendant entre les mains la justice.




Dernière modification le vendredi, 06 septembre 2019 19:50

A LIRE AUSSI..

Le gouvernement veut effacer les erreurs dues à la création monétaire

Le financement non conventionnel considéré comme un danger pour le pays

Le gouvernement veut effacer les erreurs dues à la création monétaire

Loukal : «Pas d’impact sur le citoyen»

Révision à la hausse de la TVA dans le PLF 2020 

Loukal : «Pas d’impact sur le citoyen»

Une feuille de route sera lancée début octobre

Economie circulaire 

Une feuille de route sera lancée début octobre

Abdelaziz Belaïd annonce sa candidature depuis Tamanrasset

Présidentielle du 12 décembre

Abdelaziz Belaïd annonce sa candidature depuis Tamanrasset