Pour la création de parcs éco-industriels
15 Sep 2019
Partager

Développement local en Algérie 

Pour la création de parcs éco-industriels

Par: 
Lu 791 fois

Aujourd’hui, avec les nouveaux défis résultants de la situation économique fortement délicate, la question du foncier industriel doit trouver son épilogue de manière radicale et définitive.  Un dossier qui a fait couler beaucoup d’encre sans qu’il soit réellement résolu. Il est important de concevoir un modèle de réalisation et de management des zones industrielles qui répond à la fois aux besoins du développement économique national mais surtout aux normes de gestion les plus modernes. De ce fait, il faut aller vers la mise en place d’un modèle basé sur les bonnes pratiques dans le management de ce qui est appelé aujourd’hui parcs éco-industriels (PEI). Un modèle qui prend en considération à la fois les dimensions économique, sociale et environnementale pour un développement durable. Un modèle qui doit faire partie d’une politique globale de développement des territoires avec une forte implication des acteurs locaux. 

C’est dans cette implication que réside la solution et l’efficacité dans la gestion des PEI. Cette gestion serait confiée à un organisme sous forme de concession et avec un cahier des charges et un contrat d’objectifs. Cet organisme doit inclure des représentants des collectivités locales, ceux de la communauté d’affaires (chambres de commerce, organisations patronales...) et des représentants des pouvoirs publics au niveau central tels que Divindus-ZI). Il permettra avec sa dimension écologique de promouvoir des filières naissantes telles que la valorisation et le traitement des déchets et les technologies et les produits relatifs aux énergies renouvelables.
La création et l’aménagement de ces PEI peuvent se faire en recourant à des sociétés de réalisation spécialisées sous forme de projets «clés en main comme cela se fait un peu partout dans le monde. Beaucoup de pays africains ont fait un grand pas dans ce sens, à titre d’exemple l’Ethiopie. Par conséquent, il ne s’agit pas de recréer la roue, il suffit juste de trouver une formule adaptable au contexte algérien. Ainsi, les porteurs de projet disposeront d’un bâtiment industriel de normes internationales et de conception moderne avec l’ensemble des commodités. En plus des projets d’investissement, ces PEI devront abriter l’ensemble des administrations et institutions en relation avec le monde économique (ANDI, centres de recherches, banques...). A ce titre, on peut prendre deux exemples qui sont tout proches de nous, la Tunisie et le Maroc, où l’on trouve respectivement des agences comme l’APII et Invest in Morocco (AMDI) implantées dans les zones industrielles afin d’accompagner les promoteurs de projet d’investissement dans leur quotidien. Ces exemples sont donnés pour deux raison essentielles : la première c’est la proximité avec l’investisseur et la seconde est relative au facteur humain où l’on note une parfaite implication des employés de ces agences dans la réalisation des projets d’investissement par l’orientation et le conseil. Un personnel hautement qualifié et formé pour ce métier.

Contribution par Abderrahmane Hadef

LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

Les compagnies internationales préfèrent investir dans le schiste

L’exploration pétrolière en chute historique dans le monde

Les compagnies internationales préfèrent investir dans le schiste

Résiliation de plus de 500 actes de concession

Investissement à Constantine et Annaba  

Résiliation de plus de 500 actes de concession

Clôture de l’opération

Révision du fichier électoral 

Clôture de l’opération