L’Algérie part  à la reconquête de ses touristes  perdus ?
27 Sep 2019
Partager

41e Salon "IFTM Top Resa" de Paris

L’Algérie part à la reconquête de ses touristes perdus ?

Par:  Réda Hadi
Lu 150 fois

La  41e édition du salon international des professionnels du tourisme "IFTM Top Resa", qui se tiendra du 1er au 4 octobre à Paris (France), se veut être une opportunité pour refaire découvrir l’Algérie. Porte d’entrée essentielle dans le tourisme, l’Algérie y participe cette année en «force», selon le responsable de la délégation de l’ONT, qui représente notre pays lors de cette manifestation. "Cet évènement international est parmi les mécanismes efficaces pour promouvoir les atouts, les potentialités et les produits que recèlent les pays participants", a affirmé l'ONT dans son communiqué, précisant que ce salon constitue, en outre, une aubaine pour faire la promotion de la destination Algérie au vu de la croissance continue du nombre des touristes français qui choisissent notre pays comme destination privilégiée.


Par Réda Hadi

Le salon international des professionnels du tourisme "IFTM Top Resa" permettra de faire connaître l’Algérie avec tous les atouts et les potentialités qu’elle recèle. Nos responsables veulent promouvoir notre pays à coups de flyers et autres brochures, et ce, dans un stand de 60 m2. Notre retard dans ce domaine est si grand que ce n’est pas la vision étriquée des années 70 du siècle dernier qui va permettre la reconquête des touristes perdus au fil de ces dernières décennies. A titre d’exemple, nos voisins marocains, rien que pour la ville de Ouarzazate, envoient une délégation composée de ses représentants locaux, d’hôtels, de maisons d’hôtes, d’agences de voyages, de restaurants et de transport touristique. Le Maroc sera présent en force à ce salon avec, dans ses bagages, tout un savoir-faire, des propositions nouvelles et un véritable service, qui satisfait aux normes européennes très exigeantes en la matière.

L’ONT, selon ses responsables, y participera en mettant en exergue des métiers comme la tapisserie et la dinanderie. Nous en sommes encore à jouer de la tombola pour voir des touristes arriver. Avec cette vision très affectée, il n’est pas évident de pourvoir attirer des touristes. Le retard est trop grand pour qu’on puisse encore opter pour une politique qui n’a rien donné. Les offres devront être percutantes, voire sensationnelles. Pour faire connaître l’Algérie, nos responsables ne doivent pas hésiter un seul instant à mettre les moyens et opter pour un marketing conséquent. L’Algérie doit, pour ce faire, sponsoriser des émissions dans certains pays visés. Pour cela nos voisins tunisiens ont vite appris la leçon, et le nom Tunisie revient très souvent dans le langage des animateurs (télévisions, radios, journaux…).

Pour réussir on doit avoir une politique décomplexée et sans tabou aussi. Ce n’est qu’à ce titre qu’on peut reconquérir notre place perdus sur l’échiquier mondial du tourisme. Sur une surface de 33.000 m2, nous n’avons loué que 60 m2 alors que la Maroc et la Tunisie ont loué deux fois plus en sus des activités parallèles qu’ils vont proposer pour se faire connaître dans des domaines nouveaux, tels que les activités, le tourisme écologique, les maisons d’hôtes…

En sus de cela, l’Algérie doit avant tout redorer son blason, terni par des années de défection de touristes et de prestations de très mauvaise qualité, qui sont devenues une référence en la matière. L’Algérie doit aussi s’adapter et maîtriser les nouvelles technologies, Internet par exemple. Les touristes actuels sont friands de dépaysement, de nouvelles sensations et surtout de bonnes prestations. Ce n’est qu’à ce titre que les touristes reviendront. Sinon comment expliquer le fait que deux millions d’Algériens préfèrent dépenser leur argent en Tunisie plutôt que dans leur pays. A cette question aussi il faudrait répondre. 

En somme, le tourisme en Algérie doit impérativement changer d’attitude et ne plus se contenter de ces images qui limitent notre pays à une dune de sable, une belle vague bleue ou une femme traditionnelle qui tisse un tapis.

Dernière modification le vendredi, 27 septembre 2019 20:50

A LIRE AUSSI..

Les compagnies internationales préfèrent investir dans le schiste

L’exploration pétrolière en chute historique dans le monde

Les compagnies internationales préfèrent investir dans le schiste

Résiliation de plus de 500 actes de concession

Investissement à Constantine et Annaba  

Résiliation de plus de 500 actes de concession

Clôture de l’opération

Révision du fichier électoral 

Clôture de l’opération