Plus de 270.000 emplois déjà supprimés !
05 Oct 2019
Partager

Le BTPH, un secteur en crise 

Plus de 270.000 emplois déjà supprimés !

Par:  Chahinez Djahnine
Lu 233 fois

Le secteur du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique (BTPH) en Algérie agonise : environ 3.600 entreprises ont cessé leurs activités la fin du mois  d’avril 2019 provoquant la suppression de 270 .000 postes d’emplois dans ce secteur névralgique et la disparition des petites entreprises car étant très fragiles en termes de moyens.


Par Chahinez Djahnine  

Le secteur du BTPH en Algérie connaît de graves difficultés selon les dernières données et statistiques publiées, a indiqué Oumaâziz Rabah, le directeur général de la Caisse nationale des congés payés et du chômage-intempéries du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique (Cacobatph). Selon ce dernier, «l’activité des petites entreprises versées dans le domaine de la construction a nettement diminué ces trois dernières années parce qu’elles ne peuvent plus prendre en  charge les projets en cours de construction car disposant de moyens très fragiles». Oumaâziz Rabah a indiqué aussi que cette situation est la conséquence de la mauvaise gestion des pouvoirs publics qui permis la création des ces petites entreprises pour les charger de la réalisation de projets dans le cadre des programmes de construction de logements au niveau des wilayas au détriment de la qualité de réalisation d’entreprises importantes qui ont des moyens et une qualification. Un échec lamentable puisque cela a engendré des retombées déplorables sur plusieurs plans. Il fut un temps aussi où un simple ouvrier pouvait monter son  entreprise dans ce domaine sans même avoir la qualification nécessaire et les moyens matériels indispensable pour ce faire. Toutefois, Mhamed Mechdane, membre de l'Association nationale des commerçants et artisans algériens (comité des entrepreneurs), considère que la disparition d’une petite entreprise est une perte pour le secteur du bâtiment en Algérie. M. Mechdane a mis en relief la situation catastrophique des entreprises créées dans le cadre de l’Ansej, qui, selon lui, n’arrivent pas à démarrer leur activité et devenir des PME capables de prendre en charge des projets et les commandes des pouvoirs publics sachant que la création de ces entreprises demande des investissements  colossaux de l’Etat au profit des jeunes bénéficiaires qui n’arrivent même pas à démarrer leur activité. Ces entreprises créées dans les dispositifs de l’Ansej ne peuvent progresser que si elles décrochent des contrats et des commandes publics, a-t-il ajouté. Mais, dans un contexte de crise conjoncturelle marquée par un recul dans la construction de logements à cause de la chute des prix du pétrole, il y a eu une chute drastique en termes de plans de charge et de projets à réaliser, selon lui. Même les grands groupes de construction ont été touchés considérablement, a-t-il ajouté.

Face à cette situation qui frappe de plein fouet le secteur du BTPH depuis 2015, les professionnels ont tiré la sonnette d’alarme, revendiquant l’application d’un certain nombre  de mesures pour faire face aux problèmes du manque de plans de charge, des prestations non honorées à temps, du gel de projets, même de certains en cours de réalisation, des coupes budgétaires, particulièrement dans le secteur de la construction, pourtant budgétisé, faute de disponibilités financières dans les trésoreries locales. Effectivement, les entrepreneurs qui sont toujours en activité ne parlent plus de pénurie de ciment ou d’augmentations vertigineuses des prix des matériaux de construction et encore moins de l’absence d’un plan de charge suite au gel des projets ; ils évoquent aujourd’hui une situation plus grave, celle du   paiement dans les trésoreries qui se fait au compte-gouttes. Enfin, M. Mechdane estime que les pouvoirs publics et le secteur du BTPH doivent se moderniser en développant des entreprises performantes et d’une certaine taille pour exécuter les programmes et éviter toute intervention étrangère en termes de construction.

Dernière modification le samedi, 05 octobre 2019 21:17

A LIRE AUSSI..

Les compagnies internationales préfèrent investir dans le schiste

L’exploration pétrolière en chute historique dans le monde

Les compagnies internationales préfèrent investir dans le schiste

Résiliation de plus de 500 actes de concession

Investissement à Constantine et Annaba  

Résiliation de plus de 500 actes de concession

Clôture de l’opération

Révision du fichier électoral 

Clôture de l’opération