Douceur et sobriété
22 Juil 2019
Partager

Essai Honda Civic 1.6 I-DTEC 120 auto. 9 

Douceur et sobriété

Par: 
Lu 264 fois

Si la compacte de Honda affiche des dimensions "américaines" avec ses 4,52 m, elle s’équipe pour nous d’un sobre 1.6 diesel de 120 ch, associé à une boîte automatique "9" très douce, mais un peu placide.

S’il s’agit de trouver une compacte particulièrement habitable pour la famille, la Civic, avec ses 4,52 m, dispose de beaux atouts. Elle offre en particulier beaucoup de place à l’arrière, mais rentre dans le rang côté volume de coffre du fait de passages de roues proéminents (320 dm3, contre 350 pour une Peugeot 308). À bord, comme toujours, Honda a soigné les rangements, vastes et très nombreux, et fait un effort question matériaux, souvent moussés, même si le résultat est parfois inégal, tandis que l’ambiance reste très sérieuse. On déplore aussi que l’écran tactile soit si peu réactif et que la modularité arrière “magique” de la génération précédente ait été sacrifiée.

Châssis très réussi

Mais c’est au profit d’un positionnement nettement abaissé des assises, permettant un centre de gravité plus bas, favorisant théoriquement l’efficacité du châssis et l’agrément de conduite. Objectif réussi puisque cette japonaise dispose d’un train avant vraiment efficace, commandé par une direction dont l’assistance est plutôt bien calibrée, même si on aurait apprécié davantage d’informations concernant l’adhérence disponible, surtout sur route mouillée. Le train arrière de cette Civic sait même faire preuve d’une certaine agilité dans les virages serrés.

Moteur suffisant

Avec la suspension pilotée dont est dotée la finition Exclusive, cette Honda préserve aussi avec talent le dos de vos passagers dans le mode Normal, où l’on note juste quelques trépidations très acceptables à basse vitesse. En revanche, le Sport, qui raffermit très sensiblement l’amortissement, n’apporte rien côté efficacité mais beaucoup question secousses. Au service de ce châssis plutôt réussi, on retrouve l’évolution Euro6 du 1.6 diesel maison. Fort de 120 ch et 300 Nm de couple disponibles dès 2 000 tr/mn, ce bloc est en retrait de la catégorie en matière de reprises, sans toutefois donner le sentiment que cette Civic est sous-motorisée. Mais sa boîte automatique “9” d’origine ZF ne l’aide pas.

Transmission apathique

Cette transmission est certes très douce, mais elle manque vraiment de réactivité. Rétrogradant trop tard au freinage et prenant tout son temps pour le faire quand on réaccélère, elle affiche une placidité mal venue. Car avec ses 9 rapports, il lui faudrait un pilotage performant des changements de vitesses pour obtenir une bonne efficacité. De plus, la 1e vraiment très courte, et conservée trop longtemps au démarrage, fait gronder le 4-cylindres trop haut dans les tours. Un diesel que l’on entend d’ailleurs un peu trop à allure tranquille et lors des accélérations, alors qu’Honda nous a habitués à mieux en la matière. En contrepartie, les derniers rapports très longs préservent une excellente sobriété : 6 l/100 km en moyenne et jamais plus de 6,3 l/100 km sur autoroute.

LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..