FMI

Les subventions énergétiques dans le monde chiffrées à 4,7 mds de dollars

Par: 
Lu 267 fois

Les subventions énergétiques dans le monde sont restées importantes en 2015 atteignant 4 700 milliards (mds) de dollars, soit 6,3% du PIB mondial, tirées essentiellement par la Chine et les Etats-Unis, selon un nouveau rapport du FMI.

En 2015, l’enveloppe des subventions destinées à soutenir les prix de l’énergie a atteint 1 400 mds de dollars en Chine, suivie des Etats-Unis (649 mds), de l'Union européenne (289 mds) et de l'Inde (209 mds de dollars).

A l’échelle mondiale, ces subventions devraient augmenter à 5 200 mds de dollars en 2017, soit 6,5% du PIB mondial, prévoit le FMI dans les mêmes projections.

Selon le rapport, les subventions avant impôts semblent être un problème qui concerne principalement les pays en développement, comme la région Moanap (Moyen-Orient, Afrique du Nord, Afghanistan et Pakistan).

Ce type de subventions, dont bénéficient les ménages et les entreprises lorsqu’ils paient l’énergie moins cher que son coût de production, s’est chiffré en 2015 à 152 mds de dollars dans la région Moanep, suivie de la Communauté des Etats indépendants (49 mds), de l’Amérique Latine et des Caraïbes (46 mds ), de l’Asie émergente et en développement (38 mds).

Pour les subventions après impôt, l’Asie et les pays avancés représentent les montants les plus importants avec respectivement 1,9 trillion et 1,3 trillion de dollars. La région Moanap totalise à elle seule 400 mds de dollars de subventions après impôts, consenties aux ménages et à l’industrie.

Par type de combustible, le charbon représente la principale ressource énergétique subventionnée (44%), suivi du pétrole (41%), du gaz naturel (10%) et l'électricité (4%).

Le prêteur en dernier ressort précise qu’une tarification efficace des combustibles fossiles en 2015 aurait réduit les émissions mondiales de carbone de 28%, le nombre de décès dus à la pollution atmosphérique par les combustibles fossiles de 46% a contribué à augmenter les recettes publiques de 3,8% du PIB.

Le Fonds souligne que la réforme des prix de l’énergie suscite actuellement un intérêt mondial sans précédent reflétant plusieurs facteurs sous-jacents en particulier ceux relatifs à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et aux inquiétudes quant à la concentration de la pollution atmosphérique.

De nombreux pays sont animés par le besoin de réduire les pressions budgétaires dues à leur endettement croissant, selon le FMI qui précise que l’augmentation des prix de l’énergie pourrait jouer un rôle central dans la résolution des trois problèmes susmentionnés.

Dernière modification le mardi, 14 mai 2019 18:36
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

L’été des cadeaux chez Brandt Mobile

Grande tombola estivale

L’été des cadeaux chez Brandt Mobile

«Nous voulons un dialogue global et responsable»

Abdallah Saad Djaballah au forum d’«El Wassat» 

«Nous voulons un dialogue global et responsable»