Afrique: Plaider pour un continent sans énergie fossile
26 Mai 2019
Partager

Afrique: Plaider pour un continent sans énergie fossile

Par: 
Lu 334 fois

Des milliers de personnes de toutes origines se sont unies et rassemblées dans plus de 20 pays du continent africain, les 24 et 25 mai 2019, pour témoigner de leur soutien à la lutte constante contre les combustibles fossiles et plaider pour une justice climatique.


En Afrique du Sud, un mémorandum appelant à une interdiction nationale de la fracturation hydraulique «fracking» sera soumis au président et au ministre des Ressources minérales, a indiqué l'organisation Africa Vuka (Journée de l'Afrique) qui appelle cette année à une Afrique sans énergie fossile.

La Journée de l’Afrique, symbole de l’aspiration à l’autodétermination contre l’exploitation des ressources naturelles, plaide aussi en faveur d'un arrêt de «l’exploitation des ressources naturelles qui a abouti à un continent en perpétuel conflit et au bord d’une crise climatique dévastatrice», selon l'Organisation «350Africa» et APO Group.

Le chef d’équipe régional de 350Africa.org, Landry Ninteretse, a déclaré à cette occasion que «Ces derniers mois, nous avons constaté les effets climatiques des cyclones Idai et Kenneth au Mozambique, au Malawi, en Tanzanie et au Zimbabwe, avec des sécheresses et des inondations dans la région du KwaZulu-Natal et à l’est du Cap.

Exception faite de l’Afrique du Sud, les pays africains ont relativement peu œuvré afin de contribuer au changement climatique, cependant, ils sont sévèrement touchés et possèdent peu de ressources leur permettant de faire face aux conséquences de celui-ci.

«Les pays africains les moins développés frôlent la catastrophe naturelle qui les ferait sombrer dans une spirale négative de pauvreté et dans une absence d’accès à des opportunités sociales et économiques exacerbées par le changement climatique», indique la même source.

Les participants à cette manifestation africaine veulent envoyer un message fort selon lequel l’Afrique n’est pas tenue de recourir aux combustibles fossiles pour répondre à sa demande énergétique. Elle doit plutôt amener le monde à adopter une transition énergétique équitable alimentée par des ressources renouvelables à bas coût.

«Les personnes qui se sont mobilisées, aujourd’hui, en faveur d’AfrikaVuka exigent une élimination rapide de énergies fossiles. En dépit de preuves accablantes selon lesquelles l’utilisation continue de combustibles fossiles est en train de tuer notre planète - et simultanément un grand nombre d’entre nous - les investisseurs semblent s’acharner complètement à s’enrichir aux dépens de milliards de personnes (....). «De quel développement s’agit-il exactement ?», nous demandons-nous.

Dernière modification le dimanche, 26 mai 2019 18:09
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

«La seule solution de crise c’est un dialogue sérieux»

Abdelkader Bengrina président du mouvement «El Bynaa El Wattani» 

«La seule solution de crise c’est un dialogue sérieux»

Bedoui face à la fronde qui s’annonce

Marches populaires, baisse des prix du pétrole, contestations sociales

Bedoui face à la fronde qui s’annonce

Les citoyens continuent de réclamer le changement

27e vendredi du Hirak à Alger

Les citoyens continuent de réclamer le changement