Les prix des moutons en forte hausse à Constantine
09 Aoû 2019
Partager

Aïd El-Adha 

Les prix des moutons en forte hausse à Constantine

Par:  Chahinez Djahnine
Lu 1457 fois

Les points de vente des moutons connaissent une abondance de l’offre et une stabilité dans les prix des ovins, comparativement à l’année dernière, notamment à deux jours de l’Aïd El-Adha dont la célébration est prévue pour demain, 12 août 2019. 


Par Chahinez  Djahnine  

En effet, il est utile de préciser que la vente du cheptel a bel et bien commencé il y a environ   près de 25 jours, à travers les 45 points de vente réglementés désignés pour la vente du cheptel ovin dans la wilaya de Constantine, en prévision de la fête de l'Aïd el-Adha.  Le directeur des services agricoles, Yacine Ghediri, a expliqué que «ces sites, qui ont été officiellement autorisés à la vente du cheptel ovin conformément à un arrêté de wilaya, sont généralement des lieux où se tient le marché hebdomadaire».

Les  lieux de vente autorisés sont entre autres à la sortie de la nouvelle ville Ali-Mendjeli menant vers la commune d’Aïn Smara, les 4 Chemins et les fermes pilotes El-Baâraouïa et Kadri (El-Khroub), le 7e Kilomètre et la cité Chaâb-R'sas (Constantine), la route du village Mihoubi dans la commune de Zighoud-Youcef, les fermes pilotes Belkerfa à Aïn Smara, Rehal Benboudani à Ibn Ziad, la mechta de Kehalcha-Kebar et l’espace situé à proximité du stade communal. Comme à l’accoutumée, à chaque approche de l’Aïd El Adha, des mesures sont prises pour mettre fin à l’anarchie qui caractérise traditionnellement cette activité de vente de moutons. Ainsi, l’Inspection vétérinaire relevant de la DSA a mis en place un dispositif de contrôle mobilisant 40 médecins vétérinaires, chargés des examens sanitaires du cheptel ovin proposé à la vente, ajoute M. Ghediri. 

A la veille de l’Aïd El-Adha, les points de vente de moutons pullulent à travers tous les quartiers de la wilaya. En l’absence de contrôle, plusieurs espaces ont été squattés et transformés pour l’occasion en enclos à ciel ouvert pour ces bêtes. Insalubrité, anarchie et des prix assez élevés sont au rendez-vous pour cette fête religieuse. Jeudi, jour de marché hebdomadaire du bétail, les acheteurs se faisaient rares par rapport à l’offre. Les quelques rares acheteurs qui ont fait le déplacement, durant la matinée, se sont contentés de tâter le terrain, en dépit de l'abondance de l'offre de cheptel ovin. Selon des vendeurs, les prix pratiqués cette année sont raisonnables, eu égard à l’offre qui dépasse la demande ainsi qu’à l’absence des spéculateurs qui envahissent les marchés du bétail à chaque veille de l’Aïd. Selon certains éleveurs questionnés, d’autres facteurs sont derrière cette hausse des prix et l’augmentation de l’offre, notamment le recul constaté, cette année, dans l’activité des contrebandiers sur toute la bande frontalière, après l’étau resserré autour d’eux par les services de sécurité. Toutefois, un autre facteur vient, cette année, peser lourd sur le commerce de bétail : crise économique. «Les employés n’ont plus d’argent et n’achètent plus de moutons. Pour d’autres, ils attendent jusqu’au dernier jour pour espérer quelques dinars en moins des prix», dira un maquignon.

Les gens sont hésitants car ils n’ont pas assez de moyens financiers pour se payer un mouton dont les prix prennent une importante envolée. «Avec un salaire moyen de 30 000 DA, un père de famille pourrait tout juste se permettre de fêter l’Aïd en sacrifiant la totalité de sa paie», nous dira justement l’un d’eux.

La  plupart des citoyens préfèrent d’ailleurs attendre encore un peu avant d’acheter leur mouton, en espérant une éventuelle baisse des prix à l’approche de l’Aïd. Cependant, l’évolution à la hausse des prix n'est pas à écarter, comme le laissent entendre certains éleveurs, au vu des pertes dues aux maladies, de l'augmentation des frais d'élevage, induite principalement par la sécheresse et le manque de zones de pacage. 

En ce qui concerne la santé du bétail proposé à la vente, la DSA de Constantine, explique   que le mouton d’Algérie est sain et reste le plus demandé au Maghreb. Toutefois, durant cette fête religieuse,  plusieurs associations caritatives multiplient les actions de solidarité envers les familles qui sont dans le besoin, à l’instar de l'association «El Irchad et El Islah» qui a lancé, à la veille de cette fête, une campagne caritative à l'endroit des nécessiteux, en ayant déjà distribué, de la viande au profit de 269 familles qui n'ont pas les moyens de s'acheter le mouton de l'Aïd. Cette opération se poursuivra jusqu'à la veille de la fête religieuse, selon le responsable du bureau de la wilaya de Constantine de l'association, Naïm Harouni , qui explique que l’opération se déroule sous le slogan «Fêtons l'Aïd ensemble».

Dernière modification le vendredi, 09 août 2019 21:33

A LIRE AUSSI..