Parfum de finale avant la rencontre Algérie - Nigeria
14 Juil 2019
Partager

CAN-2019

Parfum de finale avant la rencontre Algérie - Nigeria

Par: 
Lu 259 fois

Choc en vue en demi-finale de la CAN-2019, entre une Algérie convaincante depuis le début du tournoi, et un Nigeria qui s’est enfin trouvé une dynamique. Avec, en ligne de mire, un ultime match pour le sacre face au vainqueur de Sénégal-Tunisie.

L’Algérie et le Nigeria en demi-finale de la CAN-2019 ? Pas forcément un classique historique, mais qui n’en constitue pas moins une affiche très alléchante entre deux cadors du continent. Et surtout un duel au goût de finale pour les Verts, puisqu’à chaque fois qu’ils avaient atteint le dernier rendez-vous d’une Coupe d’Afrique, ils y avaient retrouvé les Super Eagles. Pour le pire (1980), comme pour le meilleur (1990).

Près de trente ans séparent donc les Fennecs de leur seul et unique titre en Coupe d’Afrique et la quête d’un deuxième sacre passe donc par une victoire contre le rugueux Nigeria, dimanche 14 juillet (hier, ndlr) au stade international du Caire. «La seule CAN que nous avons gagné, c'était il y a 30 ans, à la maison. Gagner à l'extérieur est plus difficile… », a d’ailleurs rappelé le sélectionneur algérien Djamel Belmadi, tout en se gardant bien, une nouvelle fois, d’endosser le costume de favori que toute la presse taille à son groupe depuis le début du tournoi.

A quelques heures de cette demi-finale, les statistiques parlent en tout cas très nettement en faveur des Algériens : trois victoires en poules, un huitième en roue libre face à la Guinée (3-0) et une qualification plus difficile, aux tirs aux buts, face à une Côte d’Ivoire qui avait retrouvé son football deux heures durant.

L'expérience au Nigeria

«L'Algérie est plus impressionnante que nous, avec 10 buts marqués pour un seul encaissé. Nous, c’est 7 buts inscrits contre 5 encaissés», n’a pas manqué de souligner, en fin statisticien, le coach des Nigérians Gernot Rohr. Avant de rendre hommage à son prochain adversaire, devant les journalistes en conférence de presse : «Je pense que cette CAN nous offre une bonne image du football algérien, le niveau est élevé, ce sont les meilleurs équipes qui sont là.»

Et difficile de donner tort au technicien franco-allemand sur ce point. L’Algérie est forte, mais le Nigeria aussi. Les Super Eagles avaient pourtant démarré la compétition au petit trot, par deux courtes victoires et une défaite face à Madagascar. Ils ont ensuite réussi à instaurer une belle dynamique. En 8es, ils se sont sortis d’un match fou face au Cameroun (3-2), avant de dominer l’Afrique du Sud en quarts (2-1). Un succès dont le score aurait pu être beaucoup plus large, tant les Bafana Bafana ont subi, 90 minutes durant, la loi de Nigérians qui n’ont jamais vraiment eu à forcer leur talent.

Les Super Eagles pourront également s’appuyer sur une autre force qui compte : celle de l’habitude. Trois fois vainqueurs, sept fois finalistes, le Nigeria peut se targuer d’avoir su rallier le dernier carré quinze fois en dix-huit participations à la phase finale. Une régularité à faire rougir n’importe quelle autre sélection du continent, parmi lesquelles l’Algérie, poids plume de l’histoire avec son unique sacre de 1990 et ses quatre demies.

Reste qu’avec cette génération dorée emmenée par le capitaine Mahrez, les Verts ont probablement une chance historique d’inscrire à nouveau le nom de l’Algérie au palmarès de la Coupe d’Afrique des nations. 

Dernière modification le dimanche, 14 juillet 2019 20:34
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

A LIRE AUSSI..

Les citoyens continuent de réclamer le changement

27e vendredi du Hirak à Alger

Les citoyens continuent de réclamer le changement

Le Premier ministre met fin aux fonctions du directeur général de l'Onda

Après le concert endeuillé de Soolking

Le Premier ministre met fin aux fonctions du directeur général de l'Onda

Une nouvelle tarification de remboursement à l’étude

Pour assurer les équilibres financiers des Caisses de sécurité sociale

Une nouvelle tarification de remboursement à l’étude

La Banque mondiale tire la sonnette d'alarme

Pollution de l'eau

La Banque mondiale tire la sonnette d'alarme